Aidons Elvis Bajrami à rester en France avec sa famille et finir ses études !

Elvis Bajrami, élève de 1èreE au Castel, est sous la menace imminente d’une explusion. Pour s’opposer à cette décision, une pétition est mise en ligne par ses ami·es et un rassemblement est appelé pour une conférence de presse lundi.

Arrivé depuis plus de 5 ans en France, Elvis Bajrami est un élève excellent et remarquable depuis sa première année au collège Herriot jusqu’à cette année au lycée Le Castel.

Pourtant Elvis est menacé d’expulsion car la préfecture a donné à sa mère une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Malgré les soutiens de ses professeurs, du proviseur, le tribunal a validé l’OQTF le 30 décembre.

Or, le préfet peut donner un titre de séjour à Mme Bajrami du fait de leur long séjour en France et de la scolarité d’Elvis.

Elvis doit rester au Castel, passer le bac français cette année sans craindre d’être expulsé !


Pétition

Aujourd’hui une lourde décision est tombée pour un ami d’enfance à moi. Aujourd’hui, la préfecture a donné l’obligation à la mère d’Elvis Bajrami de quitter le territoire Français. C’est l’une des personnes la plus sérieuse que je connaisse, il avait un brillant avenir et en aucun cas moins français que quiconque. On peut encore bouger les choses, si vous pouvez aider en relayant cette pétition, la décision changera peut-être. C’est très dur pour sa famille et nous, ses amis...

Message d’un de ses amis

Pour la préfecture de Côte d’Or, Elvis est un kosovar, donc du balai !
Pour les enseignants du Castel, Elvis est un élève et peu importe qu’il soit kosovar ou patagon !
Pour ses copains, Elvis c’est Elvis. Ah bon, il est kosovar ? Et c’est où exactement le Kosovo ?
Pour tous, Elvis n’est pas qu’une cause à défendre ou un symbole. C’est un fils, un pote, un élève, un mec et en fin de compte un être humain qui a juste envie de poser ses valises à Dijon.
Alors on l’aide et, si on ne l’a pas encore fait, on signe !

Message d’une de ses professeurs

Rassemblement pour une conférence de presse
  • Rassemblement lundi !

    Une très forte mobilisation des camarades d’Elvis ce jeudi midi pour le soutenir face à un risque d’expulsion imminent.

    Nous avons dû faire l’AG en dehors de la salle, nous devions être proche d’une centaine. De nombreux élèves présents qui veulent faire.

    Nous avons donc décidé de faire une conférence de presse lundi 11 janvier à 13h devant le lycée.

    Tout le monde est invité ! Faites circuler l’information.

    Elvis n’est malheureusement pas un cas isolé où la préfecture bafoue l’application de la circulaire Valls. Nous savons que des OQTF ont été distribuées à des familles qui avaient aussi 5 ans en France et des enfants scolarisés.

Conférence de presse

Lundi 11 janvier à 13h devant le lycée du Castel

Venez nombreux !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Mineurs scolarisés

La brèche des apprentis menacés d’expulsion

La semaine dernière Laye Fodé Traoré, jeune guinéen menacé d’expulsion, était régularisé après une lutte éclair. La grève de la faim du boulanger qui l’employait avait fait les Unes nationales. Depuis, la médiatisation des histoires du même genre se multiplie en BFC, comme celle de Yaya Camara. Et d’autres victoires semblent possibles, comme celle d’Ibrahim Barry.

Articles de la même thématique : OQTF - Expulsion

Un apprenti boulanger menacé d’expulsion à Dijon

Ibrahima Barry, apprenti boulanger à Dijon est menacé d’expulsion. L’histoire rappelle le cas de Laye Fodé Traore, jeune apprenti boulanger bisontin qui a obtenu sa régularisation gràce à la grève de la faim de son patron.