Alimentons notre territoire

Agir pour une Transition Alimentaire et Agricole en Ouche & Montagne
Nous lançons un processus de rencontres et de réflexions partagées pour co-construire une politique territoriale ambitieuse de transition alimentaire et agricole.

JPEG - 52.9 ko

L’échéance des élections municipales approche (15 & 22 mars 2020).
Sera-t-elle un moment de sursaut politique pour faire face aux immenses défis écologiques et sociaux qui s’imposent à nous ?
Donnera-t-elle lieu à une discussion, à une co-construction autour d’un projet territorial à la hauteur de ces défis ? Notre collectivité et ses élu.e.s, actuel.le.s et futur.e.s, ont-ils pris la mesure de la nécessité d’enclencher dès maintenant une véritable transition agricole et alimentaire sur notre territoire ?

Habitant.e.s, agriculteurs-trices, associations du territoire Ouche et Montagne, nous avons déjà engagé, à notre échelle, cette transition. Elle s’incarne par le biais de multiples initiatives (acquisitions de terres agricoles pour l’installation de jeunes agriculteurs, création de circuits courts – épicerie coopérative, AMAP ou autres – sensibilisation des citoyen.ne.s et élu.e.s pour la reprise en main publique de la gestion de l’eau, … ) ; mais nous savons aussi que sans un engagement et une volonté politique forte des collectivités, à l’échelle territoriale, nous ne pourrons amplifier significativement ce mouvement.

C’est pourquoi nous décidons de lancer un processus de rencontres et de réflexions partagées, pour co-construire une politique territoriale ambitieuse de transition alimentaire et agricole.

L’approche des élections municipales n’est pas une fin en soi mais seulement une possibilité, que l’on souhaite ouvrir, d’inscrire clairement ce sujet dans l’espace public sur notre territoire. La finalité première reste pour nous la mise en place d’actions concrètes.

Cette transition agricole et alimentaire est nécessaire

Pour faire face aux défis climatiques et écologiques : en 50 ans, les températures ont augmenté de 0.9°C dans la zone de Dijon et 1.6°C en Saône et Loire (INSEE 2019). La Côte-d’Or a battu son record de chaleur en 2019 avec 42,1°C (Météo-France). Ce même été, la sécheresse a atteint ses records dans la quasi-totalité de la Côte-d’Or : 15 sous-bassins sur 18 ont été déclarés en situation de crise entraînant des restrictions d’eau. Et il ne s’agit là que d’une infime partie des dérèglements qui nous attendent, ici et ailleurs ;
Pour faire face aux défis du renouvellement des générations dans le domaine agricole : d’ici 2026, 30 % des paysans en activité atteindront l’âge de la retraite. Actuellement, dans la plupart des régions, 1 agriculteur sur 2 n’est pas remplacé ;
Pour faire vivre une ruralité vivante et non inféodée à la métropole dijonnaise ;
Pour nourrir sainement et écologiquement les élèves de nos écoles et collège parmi les quelques 1 500 enfants scolarisés dans la Communauté de Communes Ouche et Montagne (école et collège). Alors qu’en 2017 en France, la part du bio dans la restauration collective représentait 3 %, elle devra s’élever obligatoirement à 20 % en 2022 (loi Egalim).

Cette transition agricole et alimentaire est possible

Ici et maintenant, et voici d’ores et déjà quelques propositions que souhaitons mettre en débat :
Création d’une commission transversale et ouverte « agriculture & alimentation » au sein de la communauté de communes Ouche et Montagne avec pour objectif la mise en place progressive durant le mandat d’un Projet Alimentaire Territorial co-construit et partagé ;
Création d’un pôle d’initiatives territoriales pour la transition agricole et alimentaire : lieu mutualisé et multi-usage de production, de transformation et de stockage à vocation agro-alimentaire pour favoriser la relocalisation alimentaire (notamment pour la restauration collective) ;
Agir pour une reconquête de la maitrise collective et durable du foncier agricole ;
Soutenir les initiatives de circuits courts et de relocalisation alimentaire ;
Accompagner et favoriser les installations paysannes en agriculture biologique sur notre territoire : de multiples projets d’installations (notamment en maraîchage biologique) ne demandent qu’à se concrétiser.

Pour porter un tel projet, il nous faudra un élan citoyen important, et des élu.e.s engagé.e.s. C’est pourquoi, nous proposons de créer à l’occasion de cette campagne « Alimentons notre territoire » :

JPEG - 47.1 ko

Une coalition citoyenne « Ouche & Montagne en Commun »

non partisane, réunissant tou.te.s les habitant.e.s souhaitant s’engager dans un cadre démocratique à l’échelle du territoire sur un projet de transition sociale et écologique, sans faire de l’échéance électorale une fin en soi. Pensée comme une plateforme, d’autres campagnes de sensibilisations et d’actions pourront trouver place, comme dans le domaine de l’autonomie énergique.

JPEG - 336.6 ko

P.-S.

Première réunion publique le vendredi 31 janvier
au Chauffe Savates
à 19h00
suivi d’un apéro et repas partagés

Plus d’infos ici : https://alternatives-agriculturelles.fr/alimentons-notre-territoire

Le tract :

PDF - 157.9 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Agriculture bio

[En images] Prise de terre contre la réintoxication du monde

Depuis mercredi 17 juin, deux hectares de terre situées Avenue de Langres sont occupées et commencent à être transformer en jardins collectifs. Retour en image sur la journée d’occupation qui répondait à l’appel national contre la réintoxication du monde, à travers deux séries de photos.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.

Les rendez-vous de l’université populaire et buissonière de Risomes à Mâlain

Les conférences-débats de l’Université Populaire et Buissonnière de Risomes sont avant tout des moments de découverte et de partage, autour d’un livre, d’une idée, d’un projet. Ouvert à toutes et tous, les thèmes abordés sont souvent liés à l’écologie politique, l’agriculture alternative, les luttes et expérimentations sociales. Voici la programmation pour le projet semestre.

Articles de la même thématique : Communs

Plui jamais sans les Lentillères

Le 7 février, une centaine de personne marchait de Dijon Métropole au Tribunal Administratif pour déposer l’attaque en justice des Lentillères contre le Plan Local d’Urbanisme intercommunal, et demander la création d’une Zone d’Écologie Communale !

« On la joue collectif ! » - Communiqué des Lentillères

Il y a quelques semaines François Rebsamen annonçait l’abandon du projet d’« écoquartier » sur le territoire occupé par le Quartier Libre des Lentillères. Il annonçait la mise en place de registres pour les personnes souhaitant régulariser ou installer une activité - maraîchère uniquement - sur le quartier, et l’expulsion de toutes les autres. Les habitant·es des Lentillères lui répondent.

À Roybon comme ailleurs, encore et toujours contre Center Parcs !

Ce mardi 21 mai, le tribunal administratif de Lyon doit se prononcer pour ou contre la possibilité de continuer le projet de Center Parcs de Roybon en Isère.