Banquet : Sainte Soline, un an après !



Partout en France, des collectifs répondent à l’appel de « Bassines non merci » pour marquer le coup, un an après la mobilisation de Sainte Soline qui fut un ébranlement en de multiples sens. À Dijon, cela prendra la forme d’un banquet place Wilson, le samedi 23 mars à 20h. Alors, plus que jamais, venons crier ensemble : No bassaran !

Une rumeur circule, prétendant qu’une mystérieuse « crêpe Soline » devrait régaler les convives. Mais pour le reste, les modalités du banquet sont en partie auto-gérées : chacun.e est appelé.e à apporter les victuailles de son choix et des textes à lire, des chansons à partager, etc. Toutes les idées sont les bienvenues dans la mesure où elles contribuent à l’objectif de cette soirée : montrer que nous n’avons rien oublié, ni l’entrain ni la tentative de nous terroriser, et prouver que nous sommes toujours là pour « mettre leurs délires en déroute » !

JPEG - 3.3 Mo

L’appel de « Bassines non merci »

Une année s’est écoulée depuis la mobilisation de mars 2023 à Ste Soline. Ce week-end d’actions a marqué l’histoire de la lutte pour la défense de l’eau par son ampleur, sa détermination, mais aussi par la politique de terreur appliquée par un gouvernement violent et irresponsable.

Depuis, les cratères monstrueux qui vident l’eau des nappes ne trouvent plus que quelques politicien.ne.s inféodé.e.s aux lobbies agro-industriels pour les défendre. Partout, des voix citoyen.ne.s, paysan.ne.s, scientifiques, s’élèvent pour exiger que cesse le passage en force et que nos ressources vitales soient protégées. Désormais plus un projet d’accaparement de l’eau n’échappe à la vigilance des riverain.e.s et à leur mobilisation. Cette prise de conscience collective de l’urgence à agir est une réussite, obtenue grâce à des années de luttes et à la puissante convergence qui s’est produite ce week-end là sur les Terres Rouges de Ste Soline.

Mais si le nom de cette petite commune des Deux-Sèvres est désormais connu de toustes, il reste encore trop souvent employé par celles et ceux qui cherchent à faire taire les voix qui les dérangent. Dans les tribunaux ayant condamné les militant.e.s anti-bassines depuis plusieurs mois, au Conseil d’Etat pour tenter de dissoudre les Soulèvements de la Terre, dans les commissions parlementaires, dans certains médias voire dans l’hémicycle, le souvenir de la manifestation de Sainte-Soline est trop souvent sali pour décrire une réalité déguisée au service du pouvoir.

  • Alors que les violences policières ont été sidérantes de brutalité, ce sont les 30 000 personnes de France et de l’international venues manifester, danser, partager et débattre qui sont qualifiées de terroristes, de groupuscules violents
  • Alors que des centaines de collectifs ont organisé 3 jours d’actions et d’échanges pour le partage de l’eau, quelques porte-paroles sont désignés et condamnés comme les organisateurs d’une manifestation illégale.
  • Alors que ces gestes de résistance ont fait surgir de nouvelles alliances et que de nouvelles actions contre les bassines sont organisées depuis un an, les rapports de gendarmerie se félicitent d’avoir brisé le moral des résistant.e.s.

Les exemples d’instrumentalisation sont multiples. Malheureusement pour Macron et sa bande, nous sommes bien trop nombreux.se.s à pouvoir témoigner de ce qu’il s’est réellement produit dans les champs ce jour-là. Les traces laissées par la lutte, les récits et les œuvres qu’elle a inspirés dévoilent la stratégie machiavélique de celleux qui ont décidé d’accaparer l’eau quoi qu’il en coûte. L’Histoire retiendra la résistance pour sauvegarder l’intérêt général et nos voix ne se laisseront jamais étouffer.

Un an après cette mobilisation historique, les collectifs anti-bassines en lutte appellent donc à se rassembler pour rappeler autant de fois que nécessaire que ce week-end-là, le gouvernement Macron a tenté de faire taire un espoir politique par la mutilation de masse.

Mais ces violences n’ont pas entamé notre colère et notre joie. Nous ne nous sommes pas tu.e.s et nous ne nous sommes pas isolé.e.s. Des rencontres, des liens de solidarité se sont créés ; nous continuons de faire entendre notre récit ; nous poursuivons la lutte pour les communs.

Du 22 au 31 mars 2023, rejoignons-nous dans le pays Mellois (79) et dans toute la France autour de table-rondes, projections, moments commémor’actifs, tournois de pétanque et autres méga-boums pour rappeler que nous sommes toujours déterminé.e.s à défendre nos territoires et le partage de l’eau !

No bassaran !

À Dijon, retrouvons-nous pour un banquet place Wilon
Samedi 23 mars à 20h
Projection et crêpes soline
PNG - 1.5 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Soulèvements de la Terre

[En images] Sainte Soline, un an après !

Rendez-vous était donné pour un banquet samedi 23 mars sur la place Wilson pour fêter l’anniversaire de la manifestation de Sainte Soline et témoigner de la persistance des mouvements écologistes malgré la répression.

Articles de la même thématique : Bassines - Retenue d’eau

Le Convoi de l’eau contre les mégabassines aura bien lieu (18-27 août)

Macron appelle à une « pause » des mesures écologiques et appuie les politiques agro-industrielles qui essorent les plaines. Il relance la construction des bassines des neiges, qui vident les nappes des montagnes, et augmente encore l’artificialisation des sols qui fait fuir l’eau hors des terres. A nous de réagir...