[Besançon] Réponses à l’arrêté anti-mendicité


Doubs

Depuis quelques temps un débat agite les consciences de la ville de Besançon (Doubs) : pour ou contre l’arrêté anti-mendicité pris par le maire Fousseret. La nuit du 18 août, la plupart des distributeurs de billets de la BNP et du Crédit Mutuel de la rue Battant étaient mis hors service, à coup de peinture et de marteau. Un grand tag « Pas de banque, pas de mendians » était également laissé sur la mairie.

L’arrêté anti-mendicité pris par le maire Fousseret (ex-PS, aujourd’hui LREM) prévoit des amendes de 38 euros pour les SDF, valable "du 9 juillet et jusqu’au 30 septembre, du lundi au vendredi, de 10 heures à 20 heures". Samedi 18 août, des politiciens locaux (France Insoumise, d’anciens élus PS) avaient appelé symboliquement à s’asseoir par terre place Pasteur pour protester contre l’arrêté, après avoir pétitionné et lancé le hashtag #je suis assis.

Tout aurait pu s’arrêter là, dans le grand cirque de la politique, si un élément perturbateur n’était pas venu un peu bousculer la donne : l’action directe. C’est ainsi que cette même nuit du 18 août, la plupart des distributeurs de billets de la BNP et du Crédit Mutuel de la rue Battant étaient mis hors service, à coup de peinture et de marteau. Un grand tag était également laissé sur la mairie "Pas de banque, pas de mendians", signé d’un ACAB que la presse locale a pris soin de traduire à ses lecteurs d’un « tous les flics (ou tous les capitalistes) sont des salauds ».

C’est sûr qu’entre s’asseoir avec des politiciens et se lever quand dorment les braves travailleurs, il y a un gouffre : celui qui sépare la passivité de l’indignation citoyenne et le fait d’agir contre le réel sans délégation. Et il n’y a pas que les salauds visés qui comprendront la différence.

c’est ici :
https://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/08/19/besancon-des-tags-et-de-la-casse

photos là :
https://twitter.com/lebisonteint/status/1031099505045921793



Articles de la même thématique : Politique locale

Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale.

180 personnes et collectifs « penseur.euses et bâtisseur.euses de la ville » apportent leur soutien au quartier libre des Lentillères, à sa ZEC (Zone d’Ecologies Communale) ainsi qu’aux formes d’habitats diverses et multiplient qui peuplent le quartier ! Merci à elleux, leur soutien est précieux et sera déterminant dans la bataille !

Articles de la même thématique : Précarités

Entraide alimentaire : pérenniser notre action

Chaque lundi, le collectif La Bancale propose un moment de cuisine collective avec et pour les personnes en situation de grande précarité ainsi que les livreur·euse·s à vélo. Au menu : lutter contre l’insécurité alimentaire et l’isolement social par la préparation et la distribution de repas au centre-ville de Dijon.