[Besançon] Un homme violemment agressé par un militant néo-nazi

Lundi 1er février un homme a été violemment agressé dans le centre-ville de Besançon. L’agresseur, qui a été interpellé aussitôt après l’agression, est connu des services de police pour son appartenance aux milieux néo-nazis.

  • L’agresseur a été condamné à 2 ans de prison

    L’agresseur - Philipe Tribout - a été condamné à 2 ans de prison dont 6 mois de sursis.
    Voir notre article.

« Ah… un arabe en costard »

Le média local Radio Bip a recueilli le témoignage de la victime. Cet entrepreneur de 35 ans explique que, alors qu’il sortait d’un rendez-vous professionnel, un homme s’est approché de lui, et lui a d’abord demandé de manière agressive s’il était de la police. « Après il me dit, « ah… un arabe en costard » et il commence à courir, ses yeux sont exorbités. »
L’agresseur parvient à le rattraper et lui assène plusieurs coups. Alors que la victime tombe au sol son agresseur continue de s’acharner sur lui en proférant des insultes racistes. L’arrivée de la police met un terme à l’agression.
La victime s’en sort avec deux côtes cassées, un hématome à l’œil et des douleurs aux cervicales à cause d’une tentative d’étranglement.

Un agresseur connu pour son implication dans les milieux néo-nazis bisontin et européen

D’après Radio Bip, l’agresseur est un membre de longue date du milieu néo-nazi bisontin et européen. Il est passé par plusieurs formations telles que le « Front comtois », puis les « Werwolf Sequania », qui se sont illustrés par plusieurs agressions en 2012-2013, ou plus récemment le « Swastiklan », en Suisse.
Il s’est par ailleurs enrolé en 2017 dans la formation néonazie « Azov », avec laquelle il est allé combattre sur le front du Donbass pendant la guerre d’Ukraine. Pendant cette période il s’affiche sur les réseaux sociaux en tenue militaire ou Kalashnikov à la main.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

À la Fraternité Saint-Pierre de Dijon, des soutiens pas (toujours) très catholiques

Par un communiqué paru le 17 mai dernier, Monseigneur Roland Minnerath a déclaré ne pas reconduire le ministère de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP). Au sein du Diocèse de Dijon, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Officiellement, les parties communiquent sur un litige d’ordre purement organisationnel et pratique. Mais d’autres sources affirment que les connivences entre traditionalistes et extrême-droite radicale auraient également pesé. Il s’avère en effet que nationalistes, royalistes, et autres néonazis, apparaissent très présents de ce côté là du Tout-Puissant.