Bombe atomique : Action d’interpellation de la Région et du Département



La collectif BFC pour l’abolition des armes nucléaires est allé demander aux pouvoirs publics d’intervenir pour que l’État ratifie le Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Ce jeudi 5 août 2021, à Dijon, le Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires est allé interpeller le Conseil Régional et le Conseil Départemental de Côte d’Or pour leur demander d’intervenir auprès du gouvernement français pour la ratification du Traité d’interdiction des armes nucléaires (le #TIAN), entré en vigueur le 22 janvier 2021. La Région Bourgogne Franche-Comté et la Côte d’Or ont en effet un rôle à jouer car le CEA Valduc (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), qui s’occupe de l’entretien de la modernisation et des tests des têtes nucléaires de la France, se situe sur leur territoire, à environ 40 km de la métropole dijonnaise, représentant
une menace environnementale, sanitaire, morale et militaire sur les populations.

De ce fait, la capitale des Ducs de Bourgogne serait une cible prioritaire potentielle en cas de guerre nucléaire.
Notre délégation représentant le collectif d’associations ‐ composé d’ICAN France (Prix Nobel de la Paix 2017), le Mouvement de la Paix 21, Réseau Sortir du Nucléaire, Arrêt du Nucléaire (ADN) 34, Sortir du Nucléaire 21, MAN Côte d’Or, Abolition des Armes nucléaires-Maison de Vigilance, CANVA, l’AMFPGN (Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire), Amis de la Terre Côte d’Or, Stop Nucléaire 26-07 (ADN Drôme-Ardeche) ‐ a été reçue par des responsables administratifs de la Région et du Département, qui se sont engagés à nous accorder des entretiens ultérieurs avec leurs Président.e.s- élu.e.s.

Jeûne et commémoration d’Hiroschima au CEA Valduc demain 6 août.
Du 6 au 9 août, une trentaine de personnes jeûnes pour la signature du TIAN, l’abolitions des armes nucléaires et la reconversion du CEA Valduc.
Vendredi 6 août 2021, rendez-vous devant le CEA Valduc de 11h à 13 h pour commémorer le bombardement de la ville d’Hiroshima il y a 76 ans, lors de la Seconde Guerre mondiale.

JPEG - 1.2 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Le procès sur l’éboulement mortel au labo de Bure en janvier 2016 a eu lieu

En début de semaine, s’est tenu au tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, près de huit ans après les faits, le procès concernant l’effondrement d’une galerie du labo de Bure, le 26 janvier 2016, tuant un conducteur d’engin et blessant un autre ouvrier. Y étaient convoqués des représentants d’Eiffage, employeur pour cette mission, et Antéa France, maître d’œuvre.

Soirée : Le nucléaire ça fait genre

Quelques habitantxs de Meuse et leurs amixs vous proposent une incroyable soirée du genre anti-nucléaire mais pas que ! On va rire, on va danser et on va apprendre des choses sur CIGEO, l’hétérosexualité, les coiffures éternelles et la sous-traitance.

Articles de la même thématique : Armements de la police

Contre les obsessions sécuritaires, attaquons les JO du contrôle !

Les JO sont une bonne occasion de mettre tout le monde au pas, et de déployer pour cela des équipements sécuritaires à chaque fois plus inédits. Pour avoir une petite idée de qui participe à ce jeux morbide, voici la liste des entreprises qui se font de la maille avec le business du réarmement et de la surveillance.

1312 raisons d’abolir la police : entretien avec Gwenola Ricordeau

Le mercredi 6 septembre, la caisse de solidarité contre la répression invitait Gwenola Ricordeau aux Tanneries pour qu’elle présente son livre 1312 raisons d’abolir la police.
Pour faire suite à cette invitation, nous vous proposons de réécouter les grandes lignes de son intervention au travers de cet entretien avec Radio Sauvage réalisé en janvier dernier.