Appel à rassemblement en soutien aux exilés de la CPAM de Chenôve

Rassemblement devant la Cité Judiciaire, boulevard Clémenceau, vendredi 30 novembre, en soutien aux habitants de la CPAM occupée à Chenôve.

PNG - 185.5 ko

Début octobre, environ 80 personnes exilées occupaient les anciens locaux de la Caisse Primaire d’Allocation Maladie - CPAM située 12 rue Bazin à Chenôve. Elles retrouvaient ainsi un logement après avoir été expulsées à deux reprises au cours de l’été. La plupart d’entre elles n’ayant reçu aucune proposition d’hébergement par les pouvoirs publics il y avait urgence à trouver un toit pour l’hiver.

Aujourd’hui, après un mois d’emménagement et d’aménagements, le lieu revit. Il permet bien sûr d’héberger une centaine de personnes dans de bonnes conditions mais également que soient remis en place l’accompagnement administratif pour les demandes d’asile, les cours de français, les distributions alimentaires, les suivis médicaux,...

Le propriétaire, la SEM Société Est Métropole a porté plainte et souhaite récupérer ces locaux alors même qu’elle ne fait état d’aucun projet.
Les habitants, protégés jusqu’au printemps par la trêve d’hiver, sont en droit d’espérer que le juge accorde des délais dépassant cette trêve. Ceci leur permettrait de se prémunir d’une expulsion pendant plusieurs mois et de se projeter dans une forme de stabilité toute relative. Cela permettrait aussi aux pouvoirs publics de sortir de leur refus de dialogue avec le monde associatif pour rechercher des solutions pérennes respectueuses du droit au logement et de la dignité humaine.

Récemment, à Caen, les occupants du squat du marais ont obtenu une année de délai après que la juge se fut rendue sur place. L’ensemble des squats accueillant des migrants depuis 2011 à Dijon ont, de même, obtenu plusieurs mois de délai, les différents juges prenant en considération la situation de précarité des occupants. Alors qu’aucun projet n’existe sur les locaux de la CPAM, il pourrait difficilement en être autrement cette fois-ci.

Un rassemblement aura lieu le vendredi 30 novembre à 09h devant le tribunal Bd Clémenceau pour rappeler, une fois de plus, qu’un toit est un droit, pour dire qu’il ne peut y avoir évacuation des lieux sans relogement préalable des habitants et pour que chacun-e puisse exprimer son soutien aux habitants qui se rendront à l’audience.

[Fil info] Ouverture d’une maison à Chenôve pour les migrant·es

50 personnes migrantes qui étaient à la rue depuis les expulsions successives de XXL et de Stalingrad ont élu domicile Boulevard Bazin à Chenôve. Elles ont besoin de soutien. Suivez le fil d’info.

12 novembre 2018


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Suivi de la marche des sans-papiers

La marche des solidarités est partie le 19 septembre de Marseille et Montpellier et passera par Dijon le 8 octobre, avant d’arrivée à Paris et de marcher sur l’Elysée le 17 octobre 2020. Suivi étape par étape, de la grande marche vers la régularisation de toutes les personnes sans papiers !