Dépôt de plainte : La LDH répond au Procureur

Alors que le procureur de la république publiait une lettre ridicule cette semaine dans le Bien Public, où il affirmait avoir proposé toutes les solutions de logement adéquates, et que ce sont les migrants qui préfèrent pourtant rester vivre à la rue - on croit rêver ! - la LDH publie une lettre de réponse qui devrait le laisser sans voix !

Nous venons de prendre connaissance du communiqué du procureur de la République de Dijon et du préfet de la Côte d’Or où ils donnent leur point de vue sur l’expulsion des habitants du 52 avenue de Stalingrad, ce qui leur appartient.
Nous ne souhaitons pas prolonger indéfiniment le débat sur les motivations du dépôt de plainte que cela a engendré et maintenons notre point de vue que l’atteinte aux droits a bien été l’expulsion des
habitants de leur domicile et non l’installation dans un bâtiment inutilisé.

Cependant, certaines affirmations de ce communiqué mettent gravement en cause les personnes expulsées, la Ligue des Droits de l’Homme comme, plus largement, les associations défendant les droits humains. Aussi, nous souhaitons leur apporter une réponse :

  • il n’y a eu aucune dégradation commise, mais bien au contraire, comme cela a pu être publiquement constaté un début de remise en état des logements. Les habitants ne peuvent en aucun cas être assimilés à des vandales.
  • la très grande majorité des migrants expulsée s’est vu indiquer qu’elle ne saurait bénéficier de propositions de relogement, soit parce que mise en « procédure accélérée » par les services préfectoraux pour avoir été « dublinés » (être passé par un autre pays européen), soit pour avoir leur dossier dans une autre préfecture. Aucun des expulsés n’a refusé une possibilité de relogement et fait le choix délibéré de se retrouver à la rue ou dans un campement précaire.
  • il est insupportable de voir le monde associatif solidaire des migrants accusé de maintenir ceux-ci « dans des conditions indignes » alors qu’ils seraient « potentiellement éligibles à des dispositifs d’hébergements décents ». Nous mettons quiconque au défi d’apporter le moindre exemple ou élément de preuve à ce sujet.

Nous ne pouvons qu’inviter monsieur le préfet à accepter un dialogue sans a priori avec un mouvement associatif uni dans toute sa diversité.

Ce dialogue est aujourd’hui bloqué :

  • sur les droits des enfants où un courrier signé par plus de soixante élus et personnalités de la société civile s’opposant à la séparation d’enfants d’un de leur parent étranger est toujours resté sans réponse.
  • sur la situation de familles et de jeunes régularisables et menacés d’expulsion.
  • sur les questions d’hébergement où toutes nos demandes de recherche de solutions pour ceux qui ne trouvent pas de places dans les dispositifs actuels sont restées sans suite.

Notre choix est celui de la recherche de solutions et non, comme nous en sommes accusés « du rapport de force » gratuit.
Et pour terminer, ce jour encore comme tant d’autres, des militants associatifs ont accompagné auprès des services d’urgence une famille avec un enfant de cinq ans qui avait passé la nuit précédente dehors parce qu’ils étaient en attente d’un rendez vous avec les services préfectoraux et heureusement, une solution a été trouvée. Trois mineurs en attente de rendez vous avec le conseil départemental se sont vus confirmer, malheureusement, un refus d’hébergement et qu’ils seraient laissés à la rue.
C’est pour ce genre de raison, parce que c’est d’une violence insupportable et parce que c’est le quotidien de ceux que nous accompagnons que nous sommes, sans hésitation, solidaires de ceux qui
s’abritent dans des bâtiments vides quand ils n’ont pas d’autres possibilités, plutôt que de ceux qui leur en barrent l’accès.

Dijon, le 09-10-2018
Section de Dijon de la Ligue des Droits de l’Homme


P.-S.


Articles de la même thématique : Justice

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur d’asile rue Becquerel, expulsable à partir du 10 juillet. Il s’agit d’une demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !