Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Dijon] Une centaine d’étudiant·es rassemblé·es contre la précarité



Une centaine d’étudiant·es se sont réuni·es ce mardi après-midi sur l’esplanade Érasme.
Dans le cadre d’un mouvement national, ils et elles entendaient dénoncer le manque de prise en compte des conditions de vie des étudiant·es. Ils évoque ainsi la précarité et l’isolement, qui provoquent une grande détresse psychologique, qui se matérialise entre autre par des conduites suicidaires ou addictives.
Pour y remédier, les organisateur·ices (UNEF, Solidaires Etudiant·es, et FAGE) revendiquent notamment le retour en présentiel à 50%.

JPEG - 715.4 ko

À noter que plus tôt dans la journée un autre rassemblement avait lieu sur le campus, en soutien aux vacataires du département de sociologie, en grève depuis plus de 2 mois pour de meilleurs conditions de paiements, des contrats de travail et de vrais statuts.

Un tract distribué pendant le rassemblement :

Le CROUS entretient notre souffrance : mobilisons nous !
 
En cette période de confinement, les manquements du CROUS à sa mission de service public se font de plus en plus pesants.
Infiltrations d’eau, portes d’accès aux bâtiments endommagées (voire inexistantes), isolation insuffisante, et la liste est encore longue.
Depuis le mois d’octobre, nous recueillons toujours plus de témoignages d’étudiants et d’étudiantes. Plus le temps avance, plus la misère gagne du terrain : des factures d’électricité pouvant atteindre plusieurs centaines d’euros en hiver, une insécurité grandissante dans des couloirs dignes d’un décor de film d’horreur. Et encore une fois, la liste est encore longue.
Notre association du Conglomérat Dijon Métropole est née de ce groupement de locataires ; usés par les conditions de vie au CROUS.
Nous appelons toutes les organisations, associatives comme syndicales, à se joindre dans notre combat pour la justice et le respect de la loi relative au logement.
Nous appelons à des initiatives unitaires ; et nous pensons, que le respect du droit peut être un point d’accord pour un rassemblement large.
Nous sommes déterminés à faire changer les conditions matérielles d’existence des étudiants.
Rejoignez nous pour faire changer les choses dans notre combat pour la justice.
 
conglomeratdijon[at]gmail.com


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Université

Festival contre la Loi Immigration à l’Université

Nous, assemblée générale étudiante, aux côtés notamment de Solidaires Étudiant-e-s Dijon, UNEF, LDH, SOS Refoulement, SUD Éducation, CGT, Bancale, Lentillères... vous invitons au FESTiVAL contre la Loi Immigration les 3 & 4 Avril 2024, à l’Université !

Articles de la même thématique : Précarités

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?

Inégalité de traitement et autres violations du droit : Ethicofil, une éthique en toc

Inégalité de traitement, absence de réunions obligatoires du CSE, pressions, menaces, absence de suivi CDDI, irrespect de procédure, congés payés imposés aux salarié(e)s en violation des textes en vigueur, invention du concept de volontariat-collectif…
Cet inventaire à la Prévert, quoique non exhaustif, n’est pas tiré de l’œuvre nauséabonde d’un grand patron d’extrême droite comme on pourrait le penser, mais de celle du président d’Ethicofil, association dont le CA est majoritairement composé de « militants » de la CFE-CGE – et dont le président, lui-même conseiller prud’homme CFE-CGC – semble s’asseoir, chaque jour un peu plus, sur le code du travail.