[Décembre 2019] Vive la grève !

À partir du 5 décembre prochain : S’arrêter toutes pour que tout leur monde s’arrête !
C’est une évidence, ce monde fonce droit dans le mur. La course effréné au profit détruit notre planète, ses habitants et jusqu’à nos santés physique et mentale.

Il est donc urgent de s’arrêter. S’arrêter de travailler, pour réfléchir et pour lever la tête. S’arrêter pour discuter et s’organiser ensemble. S’arrêter pour mettre en commun nos colères et les rendre fertiles. Arrêter la production d’objets inutiles, les flux de marchandises et les jobs de merde. Arrêter les usines de pesticides, les chantiers de poubelles nucléaires et les sites de productions des armes de la police. Arrêter de subir l’arrogance de la bande à Macron et se rappeler des combats de nos ancien-ne-s pour une dignité collective. Arrêter de se résigner à laisser aux plus jeunes un monde en miettes. S’arrêter ensemble pour déborder les cadres, ouvrir les perspectives et explorer de nouvelles solidarités.

On rêve d’une grève ou les étudiants et les lycéens réinventent les camaraderies du mouvement ouvrier. On rêve d’une grève ou les galériennes, les précaires et les chômeurs soient les premiers de
cordée. On rêve que l’explosion sociale jaune fluo, les drapeaux rouges syndicalistes, les espoirs verts écolos, les gilets noirs des migrants se rencontrent, s’inspirent mutuellement et tissent des complicités. On rêve qu’une rage féministe enflamme les rues. On rêve qu’il n’y est plus d’essence et qu’au détour de la marche à pied redevenue nécessaire, on se parle dans la rue. On rêve qu’en ne
travaillant plus, on est le temps de prendre un peu mieux soin les uns des autres. On rêve que les gens balancent leurs télés et invitent leurs voisins à partager la veillée. On rêve que, sur la lancée de ces derniers mois au Liban ou à HongKong, la grève soit mondiale et indéfinie. On rêve d’une grève qui ne soit qu’un début, une rencontre, une brèche.

Nous vous invitons à partir du 5 à participer au mouvement et -qui sait- à défaire le gouvernement Macron. Comme le disent nos camarades en révolte au Chili : "lutter jusqu’à ce que la vie en vaille
la peine !"

PS de dernière minute : on rêve aussi que les victoires anciennes ou récentes nous donnent de la force. On pense pour ces dernières particulièrement aux ami-e-s du quartier libres des lentillères qui
après une lutte acharnée de 10 ans viennent de faire renoncer la mairie au plan urbanistique qui menaçaient les terres maraîchères !. Bravo et merci à toutes les personnes qui font vivre ce lieu ! Le maire a menacé aussitôt d’expulsion les habitant-e-s qui lui ont pourtant fait ouvrir les yeux sur l’absurdité du projet. Affaire à suivre mais pour le moment les lentillères ont gagné la première manche, comptez sur nous pour les soutenir dans la seconde..

JPEG - 1.2 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

La Gazette des confiné·es #10 - Émeutes, BlackRock et grève des loyers

Au menu particulièrement riche de cette dixième gazette : les grèves des loyers vont-elles se propager en France ? Quels sombres méfaits la compagnie Blackrock prépare-t-elle ? Pourquoi les universités souhaitent-elles maintenir à tout prix les examens ? Le gouvernement se met-il à la décroissance ou est-il en train de donner des milliards aux entreprises polluantes ? La Gazette s’est aussi intéressée aux émeutes en banlieue et à l’utilisation des « fake news » en période de confinement.

[Dijon] Appel à repenser nos formes d’action pour le post-confinement

Ce texte à pour but d’essayer de repenser nos modes d’action pour redevenir efficaces une fois le confinement terminé.
Alors que plus d’un tiers du monde est désormais confiné, effrayé par le CoviD-19, les gouvernement néo-libéraux, conservateurs et autoritaires se mettent d’accord sur un point : s’attaquer aux libertés du peuple et des plus pauvres.

13 mars - Grève pour le climat

Appel à faire grève vendredi 13 mars pour se saisir de l’avenir climatique de la planète. Rendez-vous à 14h30 Place Darcy pour frapper un grand coup.