Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Face à l’impunité policière : présentation du « 17 », un guide pour les victimes de violences policières



Mercredi 29 mars à 18h30, le collectif « Flagrant Déni » vient à Dijon pour présenter son Guide pour les victimes de violences policières et échanger autour de stratégies juridiques possibles face à l’impunité policière.

Les violences policières s’amplifient. Ces violences touchent chaque jour les classes populaires, les personnes racisées, les plus précaires et, de plus en plus souvent, les manifestant·es. Pour de nombreuses victimes, la situation est d’autant plus douloureuse qu’elles se retrouvent souvent isolées, sans informations ni savoir vers qui se tourner. Chaque année, dix mille enquêtes pénales sont ouvertes contre des policiers et gendarmes. Épuisantes, ces procédures aboutissent trop rarement à un procès. Aujourd’hui, la difficulté d’accès des victimes à la justice constitue l’une des causes premières de l’impunité policière. Qui contacter, à quel moment et pour quoi faire ? Quels moyens se donner pour accéder à la vérité ? Comment utiliser l’arme du droit de la façon la plus efficace possible ?

Le 29 mai, la caisse de solidarité contre la répression accueille le collectif Flagrant Déni pour un moment de transmission et d’échanges autour des démarches juridiques qu’il est possible de réaliser lorsqu’on a été victime de violences policières.

Mercredi 29 mai à 18h30
Le lieu sera confirmé dans quelques jours
Entrée libre et gratuite

Flagrant Déni est un média engagé dans la lutte contre l’impunité policière. Il a publié à l’automne un Guide pour les victimes de violences policières, en 17 fiches pratiques et juridiques.

JPEG - 1.8 Mo

Nous publions des informations situées mais toujours vérifiées. Des enquêtes, pour montrer que les violences policières résultent plus de pratiques institutionnelles que de bavures personnelles. Des contre-enquêtes, pour décrypter les mécanismes judiciaires qui fabriquent l’impunité et donner des outils aux victimes. Des témoignages, pour aider les victimes à dépasser l’isolement que génère la violence et créer un récit collectif, sensible, et politique. Des images, pour s’éloigner des représentations grises et obsédantes qui dominent le sujet.

Extrait du site de Flagrant Déni

Texte d’intention de Flagrant Déni

Le flagrant délit désigne parfois le cas où, « dans un temps très voisin de l’action, la personne soupçonnée est poursuivie par la clameur publique ». En l’espèce, voilà des années maintenant que ce n’est pas une personne, mais une institution qui se trouve « poursuivie par la clameur publique ». Cette institution, c’est la police. Et que dit la clameur ? Que la police exerce une emprise grandissante sur nos vies. Qu’elle opprime les classes populaires et les personnes racisées, brise les contestations sociales, s’immisce dans les replis de notre quotidien, qu’elle se taille des lois sur-mesure, cible, localise et fiche notre liberté d’opinion. La police est devenue la complice nécessaire de gouvernements toujours plus autoritaires.
Cette clameur publique dit aussi que ces réalités sont bâillonnées, étouffées par la parole officielle. À chaque fois qu’une personne dit « j’ai été agressé par la BAC » ou « mon fils s’est fait tuer par la police », un ministre de l’Intérieur se dresse pour répondre que « l’usage de la force était proportionné ». Lorsque cette parole officielle n’a plus d’autre choix que de reconnaître la violence illégitime, elle s’empresse de crier au « dérapage » individuel. Elle fait trop souvent corps avec le discours de syndicats policiers prêts à tous les dénis pour préserver une institution à la légitimité entaillée de toutes parts. Cette ritournelle officielle, qui résonne si douloureusement à l’oreille des familles endeuillées, qui poursuit la vie des personnes mutilées, qui se rappelle sans cesse à toutes celles et ceux qui veulent simplement respirer – cette ritournelle, donc, c’est celle du flagrant déni.

Nous voulons la vérité autant que la justice

La publication d’images à charge, le travail journalistique effectué sur certaines affaires et quelques rares condamnations ont permis d’ébrécher l’impunité policière. Mais elles n’empêchent ni la culture officielle du démenti ni l’extension de la violence d’État. La violence policière prospère là où sa dénégation prolifère : sur les bureaux des procureurs et dans de trop nombreuses salles de rédaction. La force du déni se niche dans les interactions profondes qui relient aujourd’hui la police à l’institution judiciaire, autant qu’au supposé « quatrième pouvoir » médiatique. Le pouvoir policier tient peut-être moins par le flashball que par tout ce qui l’entretient : toutes celles et tous ceux qui regardent un policier comme un « collègue » du même corps, un « auxiliaire » nécessaire à l’accomplissement du travail judiciaire, une « source » indispensable au journaliste local. Le gouvernement policier est tout entier légitimé par ces connivences ordinaires, qu’il faut détricoter, ausculter, dénouer.

Car nous voulons savoir. Et nous voulons la vérité autant que la justice. Face au gouvernement policier, à la justice complice et face à la presse paresseuse, les victimes de la police, leurs proches et leurs soutiens s’organisent et luttent depuis longtemps. En même temps que l’emprise policière, cette lutte grandit chaque jour. Nous sommes des blessé·es au flashball, des manifestant·es matraqué·es, des passant·es lacrymogéné·es, des proches d’un·e tué·e par une balle « légitime » dans le dos, des « capté·es » de la vidéosurveillance par drone, par hélico, par caméras fixes ou « piétonnes », des contrôlé·es au faciès, des fiché·es S, Y ou Z, ou simplement inquiet·es de ce qui est là et de ce qui vient.

L’arme de la contre-enquête

Nous voulons multiplier les contre-enquêtes pour nourrir ces luttes, pour affronter le découragement, pour affûter nos colères, pour mettre à l’épreuve les proclamations d’indépendance de la justice, et pour dénoncer chaque fois qu’il est possible les rouages institutionnels qui rendent possibles les prétendues « bavures ».
À travers des enquêtes indépendantes et la publication de témoignages, Flagrant déni poursuit deux objectifs principaux. Nous voulons d’abord raconter les activités policières (vécues du mauvais côté de la matraque) et contribuer à diffuser la parole des victimes. Prendre la parole sur ce sujet constitue aujourd’hui un engagement certain. Pour permettre aux voix discordantes d’exprimer les critiques que l’institution tente de cacher derrière un prétendu voile d’unanimité (celui notamment de la plupart des syndicats policiers), Flagrant déni se dote des outils juridiques et techniques aptes à protéger ses sources.
Ensuite, dans le domaine judiciaire, nous voulons accompagner les victimes et leurs avocat·es pour soutenir les plaintes et assurer un regard critique sur les procédures officielles. En France, les enquêtes sont tout entières aux mains de la justice et de la police. Faute de temps notamment, les avocat·es sont démuni·es pour mener de véritables contre-enquêtes. Nous voulons remédier à ce grave déséquilibre, qui désarme, décourage les victimes et constitue l’une des causes premières de l’impunité.
L’information a deux avantages. Elle ne mutile pas, et permet de dévisager l’État.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Appel à rassemblement en soutien à Julien Assange

Les 20-21 février, la Haute Cour britannique examinera la recevabilité de l’ultime appel de Julian Assange au Royaume-Uni pour empêcher son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 années de prison pour espionnage.

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.

Articles de la même thématique : Police