Génération Z : faisons du 29 janvier 2022, un 6 novembre 2021



Génération Z semble vouloir organiser un meeting ce samedi 29 janvier. Mettons toutes nos forces dans la bataille pour barrer la route de Zemmour.
Communiqué de Solidaires 21.

  • Rassemblement à 16h place de l’Auditorium

    Face au meeting des soutiens de Zemmour le 29 janvier à Dijon, nous appelons à un rassemblement dès 16h, place de l’Auditorium à Dijon.
    N’hésitez pas à faire circuler intensément cet appel dans vos réseaux et sur vos réseaux.

    Montrons que face aux discours de haine, nous nous mobilisons pour une société plus juste et plus égalitaire !

Depuis notre communiqué du début de semaine, notre organisation syndicale souhaite remercier les militant.es et les citoyen.nes qui œuvrent pour que Zemmour et ses sbires ne puissent pas venir propager leur haine dans le département.

En effet, il s’avère que les informations obtenues mettent en avant la volonté de Génération Z d’organiser un meeting ce samedi 29 janvier dans le grand Dijonnais. Nous considérons qu’il apparaît vital que l’ensemble du mouvement social se lance dans la bataille des idées et démontre, une fois de plus, son opposition à ces discours de haine portés par l’extrême-droite. Nous devons montrer que cette parole n’est pas et ne sera jamais acceptable dans notre société.

Zemmour : un projet raciste

Zemmour parle « d’unité nationale » pour mieux cacher les fractures sociales et alimenter les fractures racistes qui divisent la société. Quel intérêt commun y aurait-il entre Bolloré et ses milliards d’euros, et les 9,2 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ? Quelle unité entre les patrons qui licencient et les travailleurs/ses ?
Alors que les salaires, les inégalités, l’environnement et l’avenir de notre système social sont en tête des préoccupations des gens dans tous les sondages, le gouvernement et les médias favorisent au contraire la diffusion et l’enracinement du racisme pour faire diversion : loi séparatisme, loi sécurité globale, hyper médiatisation de figures d’extrême droite comme Eric Zemmour, focalisation sur les thèmes du Grand remplacement, de l’insécurité ou de l’immigration, etc.
L’extrême-droite profite de cette exacerbation du racisme puisqu’il s’agit d’un élément fondamental de son idéologie. Zemmour a en effet été condamné en septembre pour "provocation à la haine raciale" après avoir affirmé que les musulman-es devaient "choisir entre l’islam et la France".
Dans le même temps, les groupes d’extrême-droite, liés au RN/FN ou à Zemmour multiplient les attaques violentes contre les luttes sociales et les organisations syndicales, qui défendent les travailleurs/ses.

Zemmour : un produit du système médiatique

Zemmour est directement le produit des puissants qui l’ont créé comme personnage médiatique. C’est Bolloré, grand patron, milliardaire et propriétaire de Cnews qui s’est assuré de lui donner une grande audience. Son conseiller économique est lui-même un grand patron, Loïk le Floch Prigent, condamné à de multiples reprises pour abus de biens sociaux, emplois fictifs et toujours poursuivi pour escroquerie.

Sur les femmes et les lgbt+, un discours réactionnaire

Pour Zemmour, les femmes sont condamnées à être de simples reproductrices. Eric Zemmour a participé à la réunion organisée par le dirigeant d’extrême-droite Viktor Orban à Budapest contre l’immigration, l’avortement et « l’idéologie LGBT ». Par ailleurs, pour Zemmour l’avortement ne devrait pas être un « droit quasi- constitutionnel »... à croire qu’il n’a jamais entendu parler des nombreuses fermetures de cliniques et du recul du droit effectif à l’avortement.
Concernant l’égalité des droits entre couple homosexuels et hétérosexuels et, en particulier le mariage pour tous, Zemmour le compare à l’inceste et à la polygamie : « pourquoi pas une union entre un père et sa fille » déclarait-il en 2012. Zemmour fait du sexisme son fond de commerce. Pour lui, "les femmes n’incarnent pas le pouvoir". Il justifie les agressions sexuelles en déclarant "le poil nous rappelle que la virilité va de pair avec la violence, que l’homme est un prédateur sexuel, un conquérant" ou "[Avant], un jeune chauffeur de bus pouvait glisser une main concupiscente sur un charmant fessier féminin sans que la jeune femme porte plainte pour harcèlement sexuel". Pas étonnant qu’il soit visé par plusieurs accusations de harcèlements et de violences sexuelles.

L’Union Syndicale Solidaires 21 appelle l’ensemble des associations, des collectifs, des syndicats et des partis politiques à reprendre avec ardeur la lutte contre l’extrême-droite et ses idées !
Notre organisation invite à réserver son samedi après-midi pour prendre part à un rassemblement populaire contre le meeting de Génération Z !

Nous vous donnerons rapidement le lieu et l’heure du rassemblement !
Pour une société solidaire !

PDF - 70.8 ko
Zemmour à Dijon : premier raté dans une pseudo-campagne

Face à la mobilisation des opposant·es et à la faiblesse de ses relais locaux, la venue du « pas encore » candidat Zemmour est annulée ! Communiqué de l’union syndicale Solidaires 21.

1er février
Zemmour, les ratés de la tournée

Nantes, Vannes, Dijon, Ajaccio,... Les ratés s’enchainent pour Zemmour et l’empêchent de déverser sa haine sans résistance. Suivi des contre-rassemblements et des annulations de sa tournée.

1er février


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique française

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.

Pour un 1er mai offensif

Sans grande surprise, la mascarade électorale a confirmé le chantre du néo-libéralisme autoritaire dans sa fonction.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

[Besançon] Pour l’extrême-droite, le parasitage du 1er mai tourne au fiasco

Lors de l’édition du 1er mai 2022 à Besançon, les principales officines d’extrême-droite se sont mobilisées. Pour leurs militants, il n’était pas question de laisser la gauche monopoliser les rues et les médias. Mais d’une prétendue démonstration de force affirmée sur les réseaux sociaux à grands renforts de montages vidéos, on retiendra surtout un véritable naufrage. Ils étaient dix, peut-être quinze. Certains de la région, d’autres venus depuis la Bourgogne pour l’occasion. Leur exploit ? Pour les uns, une mise en scène de quelques minutes, dans une artère déserte, sous lourde protection policière. Pour les autres, une tentative d’infiltration du cortège, se soldant par une éviction humiliante et par un sauvetage de la BAC.