Il y a trois ans... Mathiez

Le 9 mars 2016, l’amphithéâtre Mathiez était occupé par des opposants à la Loi « Travaille ! », une occupation d’un mois qui a marqué toute une génération.

9 mars 2016, première journée de mobilisation nationale contre la Loi El-Khomri, dite Loi Travail. À Dijon, plus de 2000 personnes battent le pavé, dont un bon nombre d’étudiants et lycéennes. Au moment où le cortège est sommé de se disperser, une manifestation sauvage de plusieurs centaines de personnes remonte le boulevard Mirande jusqu’au campus, entre dans le bâtiment Droit-Lettres, et entame l’occupation de l’amphitéâtre Mathiez.

Un mois durant, l’amphithéâtre accueille AG, conférences, repas, projection, fêtes et surtout d’inoubliables rencontres. C’est là que sont organisées les manifestations du 17, du 24, et du 31 mars, celle du 5 avril, un concert en ville contre la répression, une opération tram gratuit, ou encore une action durant un conseil municipal. C’est là aussi que beaucoup d’entre nous découvrent que l’indignation peut laisser place à l’organisation, et que s’organiser peut se faire sans les pesanteurs et la froide hiérarchie d’une Organisation.

JPEG - 977.8 ko

Deux ans après, l’occupation de Mathiez est déjà reléguée dans les livres d’Histoire de nos ennemis, mais nous sommes nombreuses à continuer de faire vivre de mille manières l’élan subversif que cet évènement a déclenché dans nos vies : caisse de solidarité, maraîchage sur des terres squattées, organisation de fêtes sauvages, ouvertures de squats pour les migrants, soutien aux luttes d’ici et d’ailleurs et bientôt création d’un média libre dijonnais.

Le mouvement contre la Loi « Travaille ! » reste un moment d’une rare intensité. Comme l’aîné d’une fratrie, il est une référence à la fois inspirante et intimidante, voire paralysante. Un des enjeux pour les mouvement sociaux à venir sera d’arriver à faire aussi bien, voire mieux, sans nécessairement chercher à le reproduire. Comme au printemps 2016 être inventif, trouver de nouvelles formes, déborder !

JPEG - 86 ko


Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève et rassemblement des employé·es de La Poste mardi 18 mai

« Les postiers exigent avant toute chose, les moyens de bien faire leur travail pour assurer un service public postal de qualité, des emplois stables et qualifiés, plus de reconnaissance à travers les salaires ainsi que la prise en compte de leurs qualifications, des droits et garanties de haut niveau et plus de démocratie dans l’entreprise ». Rassemblement le 18 mai à 10h devant la Direction, 15bd de Brosses à Dijon.

Les infirmier·es anesthésistes manifesteront devant l’ARS lundi 17 mai

Lundi 17 mai, les infirmier·es anesthésistes diplômés d’État (IADE) seront en grève pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail. Les IADE réclament notamment une revalorisation salariale équivalente à celle des autres métiers de l’hôpital. À Dijon rassemblement devant les locaux de l’ARS à 9h30.

Verdict le 25 mai pour MBF Aluminium à Saint-Claude

Le 27 avril au tribunal de commerce de Dijon, la mobilisation des salariés de la fonderie de MBF Aluminium, sous-traitante automobile basée à Saint-Claude dans le Jura a permis d’ouvrir des perspectives de reprise. C’est le mardi 25 mai que sera rendue la décision après l’étude des deux projets de reprise de l’activité. L’entreprise compte environ 280 salariés et les principaux clients sont PSA pour 75% et Renault 20% du chiffre d’affaires.

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?