Il y a trois ans... Mathiez

Le 9 mars 2016, l’amphithéâtre Mathiez était occupé par des opposants à la Loi « Travaille ! », une occupation d’un mois qui a marqué toute une génération.

9 mars 2016, première journée de mobilisation nationale contre la Loi El-Khomri, dite Loi Travail. À Dijon, plus de 2000 personnes battent le pavé, dont un bon nombre d’étudiants et lycéennes. Au moment où le cortège est sommé de se disperser, une manifestation sauvage de plusieurs centaines de personnes remonte le boulevard Mirande jusqu’au campus, entre dans le bâtiment Droit-Lettres, et entame l’occupation de l’amphitéâtre Mathiez.

Un mois durant, l’amphithéâtre accueille AG, conférences, repas, projection, fêtes et surtout d’inoubliables rencontres. C’est là que sont organisées les manifestations du 17, du 24, et du 31 mars, celle du 5 avril, un concert en ville contre la répression, une opération tram gratuit, ou encore une action durant un conseil municipal. C’est là aussi que beaucoup d’entre nous découvrent que l’indignation peut laisser place à l’organisation, et que s’organiser peut se faire sans les pesanteurs et la froide hiérarchie d’une Organisation.

JPEG - 977.8 ko

Deux ans après, l’occupation de Mathiez est déjà reléguée dans les livres d’Histoire de nos ennemis, mais nous sommes nombreuses à continuer de faire vivre de mille manières l’élan subversif que cet évènement a déclenché dans nos vies : caisse de solidarité, maraîchage sur des terres squattées, organisation de fêtes sauvages, ouvertures de squats pour les migrants, soutien aux luttes d’ici et d’ailleurs et bientôt création d’un média libre dijonnais.

Le mouvement contre la Loi « Travaille ! » reste un moment d’une rare intensité. Comme l’aîné d’une fratrie, il est une référence à la fois inspirante et intimidante, voire paralysante. Un des enjeux pour les mouvement sociaux à venir sera d’arriver à faire aussi bien, voire mieux, sans nécessairement chercher à le reproduire. Comme au printemps 2016 être inventif, trouver de nouvelles formes, déborder !

JPEG - 86 ko


Articles de la même thématique : Syndicalisme

Relance du ferroviaire : malgré les annonces, la casse se poursuit...

À la gare de triage de Gevrey-Chambertin la SNCF Réseau prévoit de modifier le type de rail sur une partie des lignes. La CGT Cheminots de Dijon dénonce un démantèlement des capacités de fret, qui va contre les engagements à maintenir les installations, et contre les aspirations légitimes à plus de développement durable.

Articles de la même thématique : Université

De la toute puissance des prédateurs haut-placés

Ce texte a été écrit par une ex-doctorante d’une fac de Nancy. Il témoigne des violences qu’elle a subies, comme beaucoup d’autres, de la part d’un professeur haut-placé. Professeur passé par une fac de Dijon. Professeur qui a mené au suicide une autres de ses doctorantes. Puisque leurs paroles n’ont pas été entendues, puisqu’on les a moquées pour la faire taire, il est plus qu’essentiel de diffuser ses paroles largement. Pour que cessent les harcèlements, les abus de pouvoir, les agressions et les viols dans les facs, dans les écoles, et partout !

Rentrée universitaire 2020 et LPPR : assemblée générale le 24 juin

Après deux mois de confinement et de suspension des luttes, les syndicats du personnel de l’université de Bourgogne appellent à une assemblée générale mercredi 24 juin, pour s’organiser contre la généralisation de l’enseignement à distance et contre la LPPR.

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.