La forêt de Branches (89) menacée, stop au désastre écologique

33 ha de la forêt de Branches sont en danger de coupe à ras pour les besoins inutiles de l’aérodrome d’Auxerre-Branches. Une mobilisation est en cours pour empêcher cette destruction : création d’un collectif, pétition et manifestation ce mercredi 8 janvier à 17h.

Il n’est plus temps de couper des forêts pour plus d’avions.

Alors que l’enquête publique lancée par le préfet de l’Yonne doit se dérouler du 9 au 29 janvier, un collectif citoyen pour la forêt de Branches vient de se former et appelle à une manifestation ce mercredi 8 janvier.

Les élus seront-ils assez irresponsables pour soutenir jusqu’au bout ce projet climaticide ?

L’enquête publique, qui aura lieu du 9 au 29 janvier, est l’occasion de donner votre avis.

L’aérodrome d’Auxerre-Branches est la propriété du syndicat mixte, composé de la communauté d’agglomération de l’Auxerrois, du Département de l’Yonne et de la Région Bourgogne Franche Comté, qui en a délégué la gestion à une société privée (EDEIS).
Les élus de la communauté d’agglomération ont donné un avis favorable, (à l’exception du vice-président chargé de l’environnement et d’une autre élue) à un projet de plan de servitudes aéronautiques (PSA) qui pose questions. Les élus souhaitent augmenter le trafic de l’aérodrome en l’ouvrant à de plus gros avions (de plus de 30 places). Leur objectif est de rendre l’Auxerrois plus attractif, au seul profit de quelques chefs d’entreprises et particuliers privilégiés. Ils mettent en avant l’économie et le tourisme local.

Ce projet est une aberration économique et sociale :

  • Le trafic de l’aérodrome est faible et en déclin depuis plus de 10 ans. Aucune des perspectives de développement économique ou touristique invoquées n’est crédible, ni démontrée.
  • Le classement impliquerait des investissements publics extrêmement coûteux, que les élus se gardent bien de chiffrer.

En réalité, le projet ne devrait profiter qu’à une minorité de nantis et aux actionnaires du gestionnaire privé (EDEIS). L’argent public en période de restriction budgétaire pourrait être mieux utilisé pour développer des modes de transport plus démocratiques.

De plus, ce projet est un non sens écologique :

  • Il augmenterait la pollution atmosphérique et sonore.
  • Il entraînerait l’abattage d’au moins 33 hectares de forêt, classés pour la plupart en ZNIEFF II (zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique), dont 15 ha en zone Natura 2000. (Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages).

Ce projet, pour développer un mode de transport ultra polluant, détruirait la forêt et les habitats associés. Il augmenterait les émissions de CO² en massacrant les arbres et les sols, capteurs de carbone et contribuerait au réchauffement climatique.

JPEG - 66.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Forêts

Victoire à Roybon, communiqué des opposant.es

Ça y est, Pierre & Vacances a jeté l’éponge ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là : que vont-ils faire du terrain maintenant ? Que deviennent leurs autres projets en France et ailleurs ?
Communiqué de la Coordination Center Parcs : Ni Ici Ni Ailleurs à propos de l’abandon du projet de Center Parcs à Roybon (38).

Extraction d’une épave en forêt

Les associations des Sentinelles de la Montagne Dijonnaise et Forestiers du Monde ont extrait une épave dans les bois de Prenois.

Articles de la même thématique : Pollution

Dixième vigie citoyenne mensuelle concernant le CEA-Valduc

Mardi 17 novembre, les lanceurs d’alerte du « Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires », munis de leurs masques et de leurs attestations de déplacement dérogatoires, ont profité de leurs achats de première nécessité ou de leur activité physique à Dijon pour faire valoir leur cause.