Les députés LREM de Côte d’Or en soutien de la loi « sécurité globale »

Didier Martin, Fadila Khattabi et Didier Paris font partie des signataires de la « proposition de loi relative à la sécurité globale », qui constitue une nouvelle atteinte aux libertés. L’examen de la proposition de loi a démarré le 17 novembre à l’Assemblée nationale.

Interdiction de la diffusion d’images d’interventions policières via une nouvelle restriction apportée à loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ; autorisation de l’usage de drones pour surveiller les manifestations ; autorisation de l’analyse en direct des images capturées par les caméras individuelles portées par les flics ; interdiction de vente de feux d’artifice ; extension du permis de port d’armes pour les policiers et gendarmes hors service... La proposition de loi relative à la sécurité globale, portée notamment par l’ancien patron du RAID Jean-Michel Fauvergue, vient s’ajouter aux dizaines de lois sécuritaires déjà votées ces dernières années.

Sans grande surprise, et malgré l’opposition d’association de défense des libertés comme Amnesty International ou La Quadrature du Net, les députés LREM de Côte d’Or sont co-signataires de cette proposition de loi qui prétend permettre « le renforcement du continuum de sécurité [...] pour offrir aux Françaises et aux Français une "sécurité globale" ». S’il s’agit d’une proposition du loi, qui suggère que l’initiative du texte vient des parlementaires, le ministère de l’Intérieur a en réalité nettement influencé le contenu du texte [1]. De l’intérêt d’avoir des députés aux ordres.

En co-signant ce texte, Martin, Khattabi et Paris confirment leur penchant autoritaire. Ils avaient déjà voté pour l’inscription des dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Ils avaient également voté en faveur d’une censure policière du web, mais le texte était si excessif qu’il a été largement censuré par le Conseil constitutionnel. Cette nouvelle étape montre combien nos députés font peu de cas des libertés qu’ils prétendent défendre.


P.-S.

Article repris et adapté de la rotative, le site tourangeau du réseau Mutu.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Macronisme

Frédérique Vidal, le bonsaï qui cache la forêt.

Sur le tableau, Frédérique Vidal en train de pacifier l’université française. En bas, à droite, une étudiante, de blanc vêtue, qui n’appartient pas à un groupe féministe radicalisé.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Articles de la même thématique : Politique française

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.

Au moins 1725 licenciements recensés en Bourgogne Franche-Comté en 2020

La crise a décomplexé les grands patrons : perception d’aides gouvernementales d’un côté, suppression d’emplois de l’autre...La CGT et Solidaires appellent à une manifestation nationale pour exiger l’interdiction des licenciements, samedi 23 janvier devant l’Assemblée Nationale.