Les jardins de l’Engrenage passent en procès : venez les soutenir !

Après une tentative d’expulsion manu militari courant juillet, la municipalité tente la voie juridique pour expulser les Jardins de l’Engrenage.

  • Procès Reporté

    Nous venons d’apprendre que l’audience au tribunal qui décidera du sort de L’Engrenage n’aura pas lieu mercredi 23 septembre comme il était prévu.
    Le rassemblement de ce mercredi matin est donc annulé.
    Le procès est reporté - comme ça arrive très souvent avec les instances de justice - et une nouvelle date sera annoncée d’ici une ou deux semaines. Tenons-nous prêt·es pour aller les soutenir !

Petit déjeuner résistant en soutien aux Jardins de l’Engrenage

Ce mercredi 23 septembre dès 8h45 devant le tribunal, 13 boulevard Clemenceau.

Salut à tous et toutes !

La plupart d’entre-vous connaissent déjà les Jardins de l’Engrenage. Certain-e-s sont là depuis le début, beaucoup y sont déjà passé, ont déjà prêté main forte, exprimé leur amitié. Ce qui nous touche toujours un peu plus.

Pour celles et ceux qui ne les connaissent pas, ces jardins situés au 57 avenue de Langres sont occupés depuis le 17 juin, pour lutter contre un énième, absurde et très irritant projet de bétonisation d’un espace en friche à Dijon. Aujourd’hui il y a des potagers, des espaces de rencontre, de détente, de jeux et régulièrement s’y déroulent des évènements culturels et/ou festifs. La vie de cette portion de quartier est en train de renaître grâce à cette initiative d’occupation et c’est le voisinage qui en bénéficie.

La mairie propriétaire de ces parcelles vacantes a le 24 juillet dernier tenté d’anéantir les jardins. En vain. Ils sont toujours là. Même une des parties potagère qui a été lamentablement détruite par les tractopelles renaît de ses cendres ; ça foisonne de haricots. La mairie, ayant hâte de signer l’affaire avec le promoteur immobilier Ghitti, tente la voie juridique et conduit les Jardins de l’Engrenage devant le tribunal, ce mercredi 23 septembre dans la matinée. On a besoin de votre soutien !

Le Maire de Dijon, a affirmé avant la tentative d’expulsion que la municipalité était chez elle, et qu’elle était dans son bon droit de détruire les jardins. Mais quels sont nos droits en tant qu’habitant-e-s de la ville de Dijon ? Ne serions-nous pas aussi chez nous et ne sommes-nous pas aussi garants d’une certaine idée de ce que devrait être la ville dans laquelle nous vivons ?

C’est pourquoi nous voulons montrer que ce sont toutes celles et ceux qui luttent pour garder des espaces cultivables et garants d’une biodiversité urbaine, toutes celles et ceux qui sont conscient-e-s des enjeux et des risques écologiques et climatiques, conscient-e-s d’un avenir incertain ; toutes celles et ceux qui veulent préserver et développer le lien social et des lieux pour ça, des espaces d’entraide ; toutes celles et ceux qui veulent avec détermination faire de leur mieux face aux crises à venir, qui sont convoqué-e-s et jugé-e-s symboliquement ce mercredi 23 septembre . Soyons nombreux-ses à venir nous défendre !

Rendez-vous ce mercredi à partir de 8h45 devant le Tribunal d’Instance, 13 boulevard Georges Clemenceau à Dijon, pour un petit déjeuner ensemble, solidaire et résistant. On a préparé un beau programme, ludique, créatif, informatif et fertile. Le temps passera vite et joyeusement !

Tout ça se passera dans le respect des gestes barrières alors n’oubliez pas vos masques ! Prévoyez aussi un vêtement pour la pluie, la météo de mercredi est aussi incertaine que notre avenir ! Enfin, prenez avec vous un vêtement uni auquel vous offririez bien un petit relooking. On a peut-être une surprise !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

En faveur de l’Engrenage

Dans le Dijon Beaune Mag n°82, Cyrille de Crépy, président de la société immobilière Sopirim accusait les occupant·es des jardins de l’Engrenage de « chasser les familles de la ville ». Deux lectrices de Dijoncter lui répondent.