Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Les syndicats dénoncent le recrutement d’enseignant·es par job dating



Communiqué départemental intersyndical sur les recrutements par job dating dans l’académie. Le recrutement par job dating c’est l’ubérisation du métier d’enseignant. C’est un pas de plus vers une privatisation de l’école. Les organisations syndicales signataires demandent audience au Rectorat le 28 Juin en fin de matinée et appellent à un rassemblement/conférence de presse à 9h le mardi 28 juin devant Pôle Emploi Nord.

Communiqué de l’intersyndicale FNE FP FO, FSU, SUD Éducation, SE-UNSA, CGT Éduc’action, SNALC, SGEN CFDT

Refus de temps partiels, exeats, dispo, absences...
Organisation de « Job dating »

Nos droits ne sont pas la variable d’ajustement pour pallier le manque de personnels :
Il faut recruter en urgence sous statut !
Cette année encore les refus de temps partiels s’intensifient : sauf raisons médicales ou familiales graves, les enseignants sont forcés d’exercer à temps plein ou leurs quotités sont réduites. Du fait du manque de personnels, ce sont également les mutations, les permutations, les exeats, les dispos, les détachements, les congés formations et les demandes d’autorisation d’absence qui sont réduits à la portion congrue.
Le rectorat, les inspections académiques rognent donc sur nos droits et utilisent ces refus pour combler le manque de personnel, quitte même à mettre en danger la santé des enseignants.
C’est inadmissible !

Les personnels en ont assez de voir leurs droits servir de variable d’ajustement face à ce manque de personnel créé de toutes pièce par le ministère. Les contre-réformes de la formation initiale ou encore la Loi Dussopt, amènent l’administration à remettre en cause nos droits et à favoriser l’embauche de contractuels pour combler les postes vacants... : mettons fin à cette logique !
Et face au manque de candidats aux concours et aux postes vacants que cela implique, ce serait encore à nous de rogner sur nos droits ?
Hors de question. Il existe une solution : on manque de personnel, on embauche ! Et sous statut !
Le ministre Ndiaye doit organiser en urgence des concours exceptionnels pour recruter sous statut les personnels manquants.
Au lieu de ça, l’administration organise par Pôle Emploi des opérations de recrutement départementales (réunions + entretiens) !

C’est le cas à Auxerre (21 juin), à Dijon (28 juin), à Chalon Sur Saône pour recruter, à la va-vite, des enseignants contractuels sous-payés, précaires et sans formation : c’est la contractualisation et l’ubérisation de l’Education Nationale.
C’est intolérable !
Nous exigeons que :

  • tous les postes nécessaires soient créés,
  • des concours de recrutement exceptionnels à niveau L3 soient organisés avec une formation permettant à terme de valider un niveau M2,
  • tous les temps partiels, exeats, dispos, détachements, congés formation, absences... soient accordés !

Le métier n’attire plus ?
Prenons soin de ceux qui exercent car ils sont précieux et recrutons massivement sous statut !
Collectivement, défendons nos droits !

Rassemblement/Conférence de presse à 9h le 28 juin
devant Pôle Emploi Nord
33 Rue Elsa Triolet, 21000 Dijon
PDF - 570.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rassemblement contre un licenciement au restaurant l’Edito

Sollicité à de multiples reprise par le syndicat Solidaires, l’Edito reste sans réponse face au licenciement d’un de ses employés. Solidaires 21 appelle une mobilisation vendredi 17 mai à partir de 18h45 afin d’interpeller les client·es du restaurant.

Articles de la même thématique : Uberisation

[Dijon] Les coursiers à vélo ont manifesté contre la précarité et l’uberisation

Ce samedi une trentaine de coursiers à vélo ont manifesté dans le centre-ville de Dijon. L’action, organisée par le SCCUD (Syndicat CGT des Coursiers Unis Dijonnais) dans le cadre d’une journée nationale d’action contre la précarité, a permis un blocage temporaire de la prise de commandes liée à la plateforme Uber Eats dans trois MacDo de l’agglomération.