[Lons-le-Saunier] 6e samedi de manif anti... pass.

La police ne sera jamais avec nous.

Pour le sixième samedi d’affilée la foule envahit la place de la liberté pour une sixième manif anti-passe, antivax obligatoire, mais aussi parfois antivax tout court. Cette fois-ci nous avons préparé une prise de parole, un tract, et même un joli panneau.

Empiriquement la sociologie des manifestant.es semble proche de ce qui a pu être décrit dans d’autres articles de Dijoncter [1]. Il y a aussi un solide noyau de gilets-jaunes de la première heure, quelques militant.es, ont va dire réformistes, qui n’arborent pas les logos de leurs organisations.

Après deux prises de paroles difficiles à suivre, notre camarade s’y colle, dos à la foule, pas question d’être filmé. Ca tombe bien, car c’est le sujet de son propos et du tract que nous allons distribuer au fil de la manif. Après nous partons pour un long périple malgré la taille modeste de la ville. Ca chante et ça scande antipasse, le vigile de l’hosto ne demande le passe-sanitaire à personne quand la foule pénètre dans la cour de l’hôpital et échange des coucous avec le personnel soignant aux fenêtres. Des carrefours sont brièvement bloqués, globalement les conducteur.trices sont compréhensif.ves et parfois enthousiastes. Les flics sont complètement absents, d’habitude il y a une voiture de bleus qui apparaît de loin en loin, mais là rien. Mais si ils sont là ! Un gilet-jaune en repère un lors de l’arrêt devant la permanence de la député LREM. C’est un RG connu localement, il le suit et entend ses commentaires téléphoniques avec ses collègues « ils sont ici, ils font ça... » La filature se poursuit à quatre ou cinq, et les flics (car ils sont deux) finissent par se rendre comptent qu’ils sont suivis et un peu cernés. A ce moment là nos traqueurs révèlent à la foule la présence des deux espions, il s’en suit un tonnerre de quolibets et de « cassez-vous » La flicaille, quitte piteusement la manifestation. Hourra !

Nous terminons place de la liberté, ça chante un peu, ça se donne rdv mardi, comme tous les mardis à 18h30 pour un rassemblement pique-nique antipasse. Les debusqueurs de roussins ne sont pas peu fiers de leur performance du jour, ils la racontent et reçoivent des félicitations. La police ne sera jamais avec nous !

Rendez-vous samedi prochain, même lieu même heure.

JPEG - 186.4 ko
Tract distribué pendant la manifestation
Cette manifestation n’est pas déclarée, juridiquement elle est donc interdite. En filmant les manifestant.es, vous les exposez aux potentielles sanctions des forces de répression. Globalement les images des manifestations se retrouvent sur les réseaux sociaux que la police explore méthodiquement pour rassembler des preuves contre les opposant.es aux politiques du gouvernement. Durant le mouvement des gilets-jaunes de nombreux opposant.es ont été identifié.es et réprimé.es à cause d’images prises lors de manifestations, blocages ou autres mouvements de résistance. Ici même à Lons le Saunier plusieurs personnes ont été victimes de garde à vue et de PV dit sans contact d’un coût de 135€.
Aussi ne filmez pas les manifestant.es vous les mettez en danger, particulièrement les militant.es engagé.es régulièrement dans les luttes sociales. Si vous devez le faire pour alimenter un média de résistance, floutez leurs visages.
JPEG - 213.2 ko
Discours lu pendant le rassemblement
Le passe-sanitaire est pour le pouvoir un formidable outil de contrôle de la population, mais il n’est malheureusement que le prolongement d’autres techniques de surveillance.
La vidéosurveillance, comme toutes les technologies de contrôle, en se généralisant et en envahissant aussi bien les rues des grandes villes que celles des villages, rentre de plus en plus dans les moeurs et force une acceptation sociale recherchée activement par les tenants du marketing du contrôle social. Mais ne sommes nous pas en train de nous auto-surveiller en filmant les manifestants, et en mettant ces images à disposition des forces de répression sur les réseaux sociaux ?
Malgré tout, la vidéo surveillance continue de susciter des résistances et des actes de sabotage. Tant qu’il y aura des moyens de contrôle policier sur nos vies, que ceux-ci soient massifs ou non, il y aura des gens pour tenter de les empêcher de nuire. Les raisons de se débarrasser du contrôle de l’État et de la domination capitaliste sont nombreuses, ici le propos n’est pas de les développer et d’argumenter, mais de faire savoir qu’il continue d’y avoir des actes d’auto-défense qui méritent d’être connus, et de recevoir de la solidarité et de la complicité de toutes parts. Parce qu’il y a encore des gens qui préfèrent cent fois un monde de liberté plutôt qu’un monde de sécurité.
JPEG - 67 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Les drones reviennent, nous aussi !

Le 20 juillet 2021, le gouvernement a déposé une nouvelle loi sécuritaire qui, entre autres choses, autorisera les drones policiers. Ces mêmes drones qui, par la force de nos efforts collectifs, avaient été rejetés à quatre reprises l’an dernier. Le gouvernement s’empresse de saper nos si précieuses victoires obtenues contre sa surveillance policière.

Articles de la même thématique : Covid 19 - État d’urgence sanitaire

[Débat] Passe sanitaire et exclusion : quel accès aux droits et à la santé ?

Reprise des rendes-vous Voisins-Voisines / Université Populaire de la Maison Phare.
Des instants d’échanges, de débats, de rencontres et de questionnements sur des sujets qui traversent notre société. Jeudi 16 septembre à 18h30 : « Pass’ sanitaire et exclusion : quel accès aux droits et à la santé ? ».