Lycéens dans la rue, tous solidaires !

La journée a été mouvementée pour les lycéens. Et déjà beaucoup s’y mettent pour leur casser du sucre sur le dos. Heureusement, des voix s’élèvent en solidarité avec ceux qui sont sortis aujourd’hui dans la rue.

Le préfet dénonce des « violences contre les forces de l’ordre devant le commissariat de police à l’instigation d’adultes casseurs manifestement extérieurs au mouvement. » qui justifie une « Réponse mesurée des forces de l’ordre ». Il continue avec des « violences inadmissibles à l’encontre des forces de l’ordre » et enjoint les lycéens à ne pas se laisser manipuler par les fameux « casseurs présents à seule fin d’en découdre avec les forces de l’ordre ». Il faut croire que la consigne gouvernementale est de continuer à prendre les gens pour des cons. Pour ceux qui ont éprouvé cette journée ces propos sont scandaleux.
La rectrice, elle, déplore solenellement des « exactions commises à l’encontre des élèves ». Celles de la police ? Sûrement pas. Elle condamne les actes de violence commis par des casseurs qui vont à la confrontation. Elle n’est pas au bout de ses peines ! Tout le monde parle de la manif de samedi prochain avec des étoiles dans les yeux.

Heureusement, des voix s’élèvent en solidarité avec les lycéens qui sont sortis aujourd’hui dans la rue.
C’est le cas des personnels d’éducation du Castel qui ont envoyé le communiqué de presse suivant :

"Les personnels d’éducation du Lycée Le Castel (enseignants, assistants d’éducation) sont solidaires des revendications légitimes des lycéens : retrait de Parcoursup, des réformes du bac et du lycée, augmentation du nombre d’enseignants, annulation du projet de la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers et dénonciation de la paupérisation.
Nous refusons en outre l’instrumentalisation des violences utilisée pour discréditer l’ensemble du mouvement lycéen et empêcher une réflexion de fond indispensable. Suite à deux intrusions dans l’établissement et notre demande refusée de fermeture du lycée, nous exerçons ce jour notre droit de retrait. Nous dénonçons ainsi la surdité du rectorat face aux événements dans notre établissement mais aussi son incapacité à prendre en considération les justes revendications des lycéens et des enseignants.

Nos élèves subissent de plein fouet la violence sociale actuelle : diminution du pouvoir d’achat, appauvrissement programmé de l’offre scolaire, inégalités entre les établissements, avenir compromis à l’université. Ils appartiennent ainsi que nous au vaste mouvement social actuel initié par les gilets jaunes.

Nos revendications recoupent celles des lycéens et nous nous réunissons demain matin à 7h45 afin de réfléchir à la suite à donner au mouvement."

Solidaires étudiants expriment aussi leur soutien :

A lire sur Twitter

En attendant samedi les lycées ont prévu de bloquer demain :

A lire sur Twitter
JPEG - 123.3 ko

et les étudiants ont prévu de se rassembler sur la fac :

Différents problèmes, même ennemi - Rassemblement étudiant

Les nombreuses manifestations de colère qui émergent un peu partout dans le pays doivent mener quelque part. Gilets jaunes, marche pour le climat, lycéens, universitaires, les préoccupations peuvent varier sur le papier, mais notre cause est commune, il est temps de se rassembler pour donner corps à nos revendications, pour faire entendre la voix de tout un peuple.

3 décembre 2018


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Lycée

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

[En images] Le Rectorat muré par les personnels de l’Éducation Nationale en grève

Mercredi 5 février, un rassemblement était organisé par l’intersyndicale de l’éducation nationale devant le Rectorat. Les personnels mobilisés entendaient protester contre la réforme des retraites, contre la réforme Blanquer (avec notamment la mise en place des E3C), et contre les suppressions de postes dans l’académie de Dijon.

Appel à rassemblement contre les E3C

Communiqué départemental intersyndical sur les E3C et les suppressions de postes. Il appelle à un rassemblement le 5 février 2020 à 14h devant le Rectorat, au moment où une audience intersyndicale et inter-établissements sera reçue.

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes