Menace d’expulsion pour Abdramane, résident d’Urbanalis

Abdramane Diarra, arrivé en France en 2017, est menacé d’expulsion car on lui a refusé le renouvellement de son titre de séjour.

Communiqué d’Urbanalis du 2 juin 2021 :

Menace d’expulsion pour Abdramane, résident d’Urbanalis

Originaire du Mali, Abdramane DIARRA est arrivé en France à Dijon en 2017 à l’âge de 16 ans. Suivi par le conseil départemental de la Côte-d’Or jusqu’à ses 18 ans, il est depuis indépendant financièrement. Aujourd’hui en situation irrégulière sur le territoire, le jeune malien est pourtant parfaitement intégré dans sa vie professionnelle et personnelle.

Un titre de séjour constamment refusé

Dès sa majorité, Abdramane Diarra a fait sa demande de titre de séjour. En attendant la décision, il a enchainé les récépissés allant de 3 à 6 mois de validité. Jusqu’au 7 août 2020 où son renouvellement est refusé : il reçoit une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Depuis ce jour, il mène un combat avec son avocate pour faire un recours auprès du tribunal administratif de Dijon. Il va jusqu’à faire authentifier son extrait d’acte de naissance en allant au consulat de son pays, et reçoit en plus une attestation d’authenticité. Il peut cependant toujours continuer de travailler en apprentissage.

Le 5 mai 2021, la décision du tribunal tombe : sa requête est rejetée. Entre autres raisons évoquées : le numéro NINA (numéro d’identification nationale) manquant sur l’extrait d’acte de naissance, qui n’est actuellement pas obligatoire au Mali. Abdramane vient donc de faire appel de la décision auprès du tribunal administratif de Lyon. En attendant la décision, il ne peut plus travailler et se trouve toujours en situation irrégulière. Le jeune Malien n’en dort pas la nuit et voit son avenir s’effondrer.

Malgré une intégration réussie

Abdramane est pourtant méritant et a tout fait pour s’intégrer professionnellement et personnellement. En préparation d’un CAP Bac Pro Travaux Publics au lycée des Marcs d’Or à Dijon, tous ses professeurs ainsi que la directrice le félicitent pour son sérieux et son comportement exemplaires. Apprenti dans l’entreprise de travaux publics Désertot, ses supérieurs sont très satisfaits de son travail. Ils lui ont promis un CDI pour la suite et veulent le faire passer chef d’équipe.

Résidant jusqu’ici au foyer des jeunes travailleurs Urbanalis, il a toujours été exemplaire dans son comportement et dans le paiement de ses loyers. Sa situation touche beaucoup toute l’équipe qui essaie de le motiver à ne pas perdre espoir.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : OQTF - Expulsion

Abrogation urgente de l’OQTF de Issiaka Tiréra

La Préfecture de Saône-et-Loire a décidé depuis le 29 avril 2021 d’obliger Issiaka à quitter le territoire français (OQTF) à cause d’un problème de document d’état civil, alors que le Mali est actuellement en pleine instabilité.

Non à l’expulsion de Salif Traoré !

Salif Traoré vit à Semur-en-auxois. Il est menacé d’expulsion sous prétexte que son acte de naissance ne serait pas valable. Une pétition est en ligne pour le soutenir !

Affaire Sato, un premier soulagement

Caractère infondé des accusations de fraude et annulation de l’obligation de quitter le territoire, un premier soulagement permettant ainsi à Sato de reprendre une vie normale auprès de ses proches, ses amis, ses collègues de travail et de formation.

Articles de la même thématique : Régularisation

Jeunes majeurs étrangers, sortir de l’impasse

Communiqué national largement signé pour continuer la mobilisation qui s’est faite autour du « boulanger de Besançon » et d’Elvis et poser le problème en terme collectif. Il est le premier étage d’une action dans la durée.