Nous ne voulons pas d’un monde contrôlé qui lisse le paysage culturel et empêche le spectacle et la rue d’être vivants·es !



Face à la mutation des espaces publics et culturels, nos associations, collectifs et compagnies souhaitent interpeler : Nous ne voulons pas d’un monde de craintes constantes qui étouffe la spontanéité, la légèreté et la joie ! Nous ne voulons pas d’un monde divisé et discriminant mettant à mal le bon sens, la solidarité et le partage !

Mercredi 12 septembre 2021, une trentaine de personnes représentant des structures culturelles, des associations et des compagnies de spectacle se sont réunies sous un chapiteau à Avanne (Franche-Comté), répondant à l’invitation de l’association The Serious Road Trip pour une table ronde, suite à l’annulation de leur événement.

Nous ressentions le besoin de partager ensemble nos doutes, nos colères, nos incompréhensions, nos difficultés face à une situation qui dure, et nos craintes qu’elle ne devienne la norme. Nombre de lieux et d’organisations culturel·les, véritables fourmilières de créativité et de générosité, sont à bout de souffle et les personnes qui y gravitent s’épuisent dangereusement. Nous avons voulu vous en parler.

Organiser un événement culturel aujourd’hui relève d’un véritable parcours du combattant. Depuis plusieurs années, l’utilisation du plan vigipirate, les protocoles sanitaires successifs et maintenant le pass-sanitaire, ne cessent d’augmenter la charge mentale et de travail de nos associations - composées bien souvent de bénévoles - qui n’ont pas toujours les moyens humains et financiers d’y faire face. Par ailleurs la menace permanente de contrôles des forces de l’ordre et les risques d’amendes dissuasives - et démesurées - sont une lourde pression pour les organisateur·ices.

Alors que nous utilisions notre temps et nos énergies à décorer, créer, fabriquer, concevoir, construire et imaginer, il nous faut désormais en consacrer une bonne partie à décider de comment contrôler, sécuriser, barricader, prévenir et rappeler les consignes et les règlements. Assurer la sécurité du public a toujours fait partie de nos missions, cependant cette charge de travail supplémentaire outrepasse nos compétences ainsi que nos envies, et vient alors dilapider les motivations des bénévoles sans qui aucune de nos structures ne saurait fonctionner.

Ainsi, beaucoup d’entre-nous sommes devenu·es pseudo-expert·es autodidactes en droit, passant de nombreuses heures à tenter de comprendre comment continuer nos activités avec ces nouvelles restrictions. Mais les textes sont graves et lourds, semblent contradictoires, et parfois même tellement peu accessibles, qu’ils en deviennent abscons. Nous sommes assailli·es par de fréquentes injonctions qui nous empêchent de prendre du recul pour nous organiser sereinement. Dans notre fonctionnement interne, on se divise. Et dans nos propres esprits, on finit par se contredire, et nos valeurs et nos ambitions en sont profondément impactées.

Alors que faire ? Maintenir nos événements en se pliant aux protocoles, au risque de renier une part de nos valeurs fondamentales et celles du public ? Chercher les failles juridiques pour contourner les restrictions, au prix d’un remaniement de l’évènement ? Créer des espaces clandestins en s’exposant à l’illégalité, ou privés qui favorisent l’entre-soi ? Ou tout simplement annuler ? Encore faut-il avoir le luxe de pouvoir le faire, maintenir un événement est parfois l’unique compromis permettant à certaines structures de ne pas couler. Ces « choix » ne sont en réalité ni plus ni moins qu’une impasse. Il n’y a pas de solution idéale et les décisions de chaque organisation se font au regard de leur budget, leur historique, leur public cible, et bien d’autres facteurs encore.

Nous constatons l’importance de la coopération de nos élu·es et services culturels. En effet, nous avons besoin de leur soutien pour dépasser ces problématiques. Nous saluons d’ailleurs celles et ceux qui nous l’ont apporté.

Face à la mutation des espaces publics et culturels, nos associations, collectifs et compagnies souhaitent vous interpeler : Nous ne voulons pas d’un monde contrôlé qui lisse le paysage culturel et empêche le spectacle et la rue d’être vivant·es ! Nous ne voulons pas d’un monde de craintes constantes qui étouffe la spontanéité, la légèreté et la joie ! Nous ne voulons pas d’un monde divisé et discriminant mettant à mal le bon sens, la solidarité et le partage !

Signataires :

Karoutcho · Roulottes en chantier · Cie Boumkao · Les Artistes à la Campagne · Le Cirque Du Désastre · The Serious Road Trip · Cie Schreu · Mio Company · B-side Company · Les Colorieurs · Les Iles Voisines · Mal Lunée · Du Goudron et des Plumes · L’InStand’Art · Cie L’Atelier 6b · La Fraternelle · La Double-Écluse · Ex Lumina ·



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre-culture

[Dijon] Cometbus - Rencontre/ Lecture/ Apéro

Dimanche 5 septembre - 19h - Lentillères
L’écrivain Aaron Cometbus est en tournée en france pour quelques semaines : venez le rencontrer autour de lectures de ses zines et d’un petit apéro sous la nouvelle charpente des Lentillères !

Occupons Chalon

Manifeste du collectif Occupons Chalon qui a réquisitionné l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône depuis le 18 mars.

Articles de la même thématique : Répression

Nouveau procès contre le média Ricochet

Les autorités veulent cadrer à leur guise le débat et la libre expression.
Communiqué du média Ricochet du 26 novembre 2021 - Appel à soutien et résistance

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.