Portons la voix de l’Iran - Appel à rassemblement



Nous avons besoin d’une action mondiale pour arrêter la brutalité du régime islamique contre le peuple iranien.
Rassemblement samedi 1er octobre 14h place de la libération Dijon

Le 16 septembre 2022, une jeune femme Iranienne de 22 ans a été arrêtée par la police des mœurs à Téhéran, parce qu’elle ne portait pas son hijab correctement, conformément au code vestimentaire islamique. Elle a été emmenée pour « une séance de rééducation », d’où elle n’est jamais rentrée chez elle. Elle a été emmenée à l’hôpital avec un traumatisme crânien, est tombée dans le coma et est décédée deux jours après.

Bien que n’étant pas le premier cas de réaction brutale de la police des mœurs à l’égard des femmes, le cas de Mahsa Amini a provoqué la fureur et déclenché une protestation nationale contre ce comportement. Partout en Iran, les manifestant·es ont crié son nom avec fureur et demandé justice, mais iels ne se sont pas arrêté·es là. Les femmes et les hommes d’Iran sont désormais unanimes pour réclamer leurs tout premiers droits, qui ont été refusés pendant plus de quatre décennies. Iels remettent désormais en question les politiques de la République islamique et le Leader, l’ayatollah Khamenei.

Peu après la révolution de 1979, l’ancien Leader, l’Ayatollah Khomeini, a souligné la nécessité d’obéir au code vestimentaire islamique pour les femmes, ce qui a provoqué la première grande protestation contre ce hijab obligatoire, jusqu’à ce que finalement, en 1984 la loi de la punition islamique permette de punir les femmes qui apparaissaient dans la sphère publique sans hijab. Avec la révolution est également venue l’annulation de la loi sur le soutien familial de 1974, qui, dans une certaine mesure, soutenait certains des droits des femmes par rapport au passé.

Tout au long de ces années, les Iranien·nes, et surtout les femmes, n’ont jamais eu le droit de demander leurs droits ou d’exiger une quelconque réforme. Ce que nous voyons et entendons ces jours-ci est la voix inaudible d’une nation depuis plus de quatre décennies.

Ces jours-ci, le monde regarde les nouvelles d’Iran, mais il faut noter que l’internet est restreint et que tous les médias sociaux sont filtrés par le gouvernement pour arrêter la circulation des nouvelles à l’intérieur et à l’extérieur. La dernière fois qu’ils l’ont fait, en octobre 2019, plus d’un millier de personnes ont été tuées en silence. Nous avons maintenant besoin d’une action mondiale pour arrêter la brutalité du régime islamique contre le peuple iranien. Nous demandons au monde d’être notre voix. Portons la voix de l’Iran.

Appel de démocrates iraniennes et iraniens soutenus par les organisations

Premiers soutiens : LDH Dijon / FSU / MRAP / SOS Refoulement / Mouvement de la Paix / SOS Racisme /collectif droits des femmes21 /

Rassemblement samedi 1er octobre 14h place de la libération Dijon
JPEG - 2.3 Mo

P.-S.

A la demande des organisatrices et pour préserver leur sécurité et celle de leurs familles restées au pays, il sera demandé de ne pas prendre de photos de visages


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Viva la pappa !

Toutes les filles d’Eve /
Devraient faire la grève

Articles de la même thématique : Intégrisme religieux

Révolte en Iran

La résurrection féministe et le début de la fin du Régime, par Crimethinc

[Besançon] Le droit à l’IVG en question

Deux rassemblements et un vœu municipal, en quelques jours. À Besançon aussi, la situation outre-Atlantique a causé une onde de choc. Élu.e.s, militant.e.s, citoyen.ne.s, ont ainsi exprimé.e.s leurs inquiétudes quant aux menaces qui pourraient peser sur le droit à l’IVG.