Prison, racisme et violences d’État : le collectif Justice pour Angelo à Dijon ce samedi

Le 30 mars 2017, Angelo Garand était exécuté de plusieurs balles dans le torse par des gendarmes dans le Loir et Cher. Ce samedi le collectif Justice Pour Angelo sera à Dijon pour parler de son combat contre le racisme et les violences policières. La présentation aura lieu au foyer des jeunes travailleurs et sera suivie d’un temps de discussion et d’un atelier sur le thème « La prison comme dispositif répressif raciste. »

« L’incarcération de masse » rime avec racialisation des dispositifs carcéraux. A travers les Centres de rétention administrative (CRA), la gestion des prisons d’outre-mer, la sur-représentation des personnes non-blanches dans la population carcérale, ou encore la discrimination présente tout au long de la chaîne pénale et notamment dès les contrôles de police, la prison est effectivement un vecteur institutionnel majeur du racisme structurel en France (et ailleurs, bien sûr).

Pour répondre à cette problématique, le Genepi France/Genepi Centre, association militant pour le décloisonnement des institutions carcérales, invite le collectif antiraciste Justice Pour Angelo. Celui-ci s’est formé pour exiger Justice et Vérité à la suite de la mort d’Angelo Garand, voyageur, exécuté de 7 balles dans le torse par des gendarmes dans le Loir et Cher.

Rendez-vous samedi 27 octobre à 14h15 au foyer des jeunes travailleurs, 4 rue des Tanneries

Les membres du collectif viendront notamment présenter leur lutte antiraciste pour faire condamner les gendarmes responsables de la mort d’Angelo Garand.

Iels proposeront une critique politique de la violence, qui passe par les violences policières, par les tribunaux et/ou par l’incarcération.

Un temps de discussion avec le public sera organisé durant la deuxième heure, ainsi qu’un atelier animé par le collectif sur le thème "La prison comme dispositif répressif raciste."

L’événement est ouvert à tou.te.s.

Tout propos/sous-entendu/comportement oppressif ne sera pas toléré. Nous veillerons aussi à une distribution équitable de la parole.

Pour consulter le ciné-tract réalisé par Lettres Communes qui retrace une partie de la lutte du collectif, c’est par ici :

https://www.facebook.com/1307118499372039/videos/2127846284207115/

P.-S.

Pour soutenir le collectif, la cagnotte en ligne :

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-aurelie-garand?fbclid=IwAR0Pt7o-EhUo0Ofhb5aCDRHkCJNYO0y-hOBhcfYpEGAv-vK8k7EUOBKnMI4

Voir aussi :

« Pourquoi tout ça ? » La famille d’Angelo Garand réclame vérité et justice

Le 30 mars, une équipe de gendarmes et d’hommes du GIGN a fait irruption au domicile des parents d’Angelo Garand, à Seur, et l’a abattu sans sommations.

A lire sur La Rotative

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Carapatage, une nouvelle émission de radio contre les prisons

Carapatage, c’est une émission contre les prisons, la répression et le contrôle à travers l’actualité de l’enfermement mais aussi son histoire, en racontant les luttes à l’intérieur et à l’extérieur en échangeant ce qu’on a vu, lu et entendu.

Articles de la même thématique : Justice

Appel à soutenir F. Vuillaume jeudi 20 mai devant le tribunal de Dijon

Deux ans de harcèlement. L’acharnement se poursuit : Frédéric Vuillaume est maintenant poursuivi pour sa participation à une manifestation contre la proposition de loi «  Sécurité Globale ».  
Chronologie d’un acharnement - deux ans, sept gardes à vue.