Prison, racisme et violences d’État : le collectif Justice pour Angelo à Dijon ce samedi

Le 30 mars 2017, Angelo Garand était exécuté de plusieurs balles dans le torse par des gendarmes dans le Loir et Cher. Ce samedi le collectif Justice Pour Angelo sera à Dijon pour parler de son combat contre le racisme et les violences policières. La présentation aura lieu au foyer des jeunes travailleurs et sera suivie d’un temps de discussion et d’un atelier sur le thème « La prison comme dispositif répressif raciste. »

« L’incarcération de masse » rime avec racialisation des dispositifs carcéraux. A travers les Centres de rétention administrative (CRA), la gestion des prisons d’outre-mer, la sur-représentation des personnes non-blanches dans la population carcérale, ou encore la discrimination présente tout au long de la chaîne pénale et notamment dès les contrôles de police, la prison est effectivement un vecteur institutionnel majeur du racisme structurel en France (et ailleurs, bien sûr).

Pour répondre à cette problématique, le Genepi France/Genepi Centre, association militant pour le décloisonnement des institutions carcérales, invite le collectif antiraciste Justice Pour Angelo. Celui-ci s’est formé pour exiger Justice et Vérité à la suite de la mort d’Angelo Garand, voyageur, exécuté de 7 balles dans le torse par des gendarmes dans le Loir et Cher.

Rendez-vous samedi 27 octobre à 14h15 au foyer des jeunes travailleurs, 4 rue des Tanneries

Les membres du collectif viendront notamment présenter leur lutte antiraciste pour faire condamner les gendarmes responsables de la mort d’Angelo Garand.

Iels proposeront une critique politique de la violence, qui passe par les violences policières, par les tribunaux et/ou par l’incarcération.

Un temps de discussion avec le public sera organisé durant la deuxième heure, ainsi qu’un atelier animé par le collectif sur le thème "La prison comme dispositif répressif raciste."

L’événement est ouvert à tou.te.s.

Tout propos/sous-entendu/comportement oppressif ne sera pas toléré. Nous veillerons aussi à une distribution équitable de la parole.

Pour consulter le ciné-tract réalisé par Lettres Communes qui retrace une partie de la lutte du collectif, c’est par ici :

« On court tant qu'on peut ! »

Un "ciné-tract" réalisé par Lettres Communes en soutien à notre combat pour Angelo, et toutes les victimes de la violence des agents de la force publique qui en abusent impunément 🥊 Le film venait d'être bouclé quand nous avons eu connaissance des réquisitions du procureur de Blois. Scandaleusement mais sans surprise, il recommande à la juge ayant dirigé l'enquête d'ordonner un "NON-LIEU", signifiant la fin des poursuites à l'encontre des 2 gendarmes mis en examen pour avoir tué Angelo de 5 balles dans le torse. Comme si aucune infraction n'avait eu lieu. Comme si Angelo était mort de rien. Comme si sa vie ne valait rien. Comme si cette Justice qui ne lui a jamais fait de cadeau de son vivant ne lui devait pas de juger les auteurs de sa mise à mort lors d'un vrai procès d'Assises. La décision est entre les mains de la juge. Quelle que soit l'issue, nous continuerons sans relâche d'exiger Justice et Vérité pour Angelo et toutes les victimes. Avec toutes les familles auxquelles nous sommes unis, nous ne cesserons jamais d'en appeler à la solidarité la plus large car nous le savons, seuls les liens que nous créons mettront fin aux violences d'État. 🥊 Cagnotte solidaire : https://www.leetchi.com//c/solidarite-de-aurelie-garand 🥊 Pétition en ligne : https://www.change.org/p/justice-et-vérité-pour-angelo-soutien-à-la-famille-garand

Posted by Justice Pour Angelo on Monday, August 13, 2018

P.-S.

Pour soutenir le collectif, la cagnotte en ligne :

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-aurelie-garand?fbclid=IwAR0Pt7o-EhUo0Ofhb5aCDRHkCJNYO0y-hOBhcfYpEGAv-vK8k7EUOBKnMI4

Voir aussi :

« Pourquoi tout ça ? » La famille d’Angelo Garand réclame vérité et justice

Le 30 mars, une équipe de gendarmes et d’hommes du GIGN a fait irruption au domicile des parents d’Angelo Garand, à Seur, et l’a abattu sans sommations.

A lire sur La Rotative

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.