Dijon soutient Bure !

Appel à se rassembler le mercredi 27 juin à 19h place du Bareuzai, en soutien aux opposant·es à Cigéo interpellé·es la semaine dernière aux environs de Bure et en région parisienne.

Nous Dijonnais, Dijonnaises, conscient·es de la place que nous avons en tant qu’habitant·es d’une ville proche de Bure dans la lutte contre l’immense projet industrialo-nucléaire CIGÉO, et en solidarité avec les hiboux et chouettes perquisitionné·es, arrêté·es, et accusé·es « d’association de malfaiteurs » la semaine dernière, nous appelons à un rassemblement mercredi 27 juin à 19h place du Bareuzai.

Nous ne laisserons pas l’État écraser Bure.
Nous ne laisserons pas le projet CIGÉO se réaliser.

Venez nombreux·ses en combinaison anti-nucléaire (combinaison anti-poussière, masque...) avec de quoi faire du bruit et avec des pancartes. Ce rassemblement prendra une forme différente de d’habitude...

Ce rassemblement répond à l’appel de nombreuses « personnalités » et des associations Bure stop, CEDRA, EODRA et Réseau sortir du nucléaire : https://www.politis.fr/articles/2018/06/tribune-avec-bure-nous-sommes-toutes-et-tous-des-malfaiteurs-39036/


P.-S.


Articles de la même thématique : Luttes territoriales

En faveur de l’Engrenage

Dans le Dijon Beaune Mag n°82, Cyrille de Crépy, président de la société immobilière Sopirim accusait les occupant·es des jardins de l’Engrenage de « chasser les familles de la ville ». Deux lectrices de Dijoncter lui répondent.

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Articles de la même thématique : Justice

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.