Rebsamen met le doigt dans l’Engrenage !

Rendu fébrile par la « lettre ouverte » des Jardins de l’Engrenage, Rebsamen lance une opération de com’ à destination du voisinage. Le collectif réplique le 21 mars invitant tou·tes les volontaires à participer à la construction d’un futur « espace naturel commun ».

Jeudi dernier, les jardins de l’Engrenage publiait une lettre ouverte adressée à François Rebsamen et au promoteur Ghitti, en exigeant l’abandon du projet immobilier menaçant les terres.

Les Jardins de l’Engrenage demandent l’abandon du projet Garden State

Visiblement dérouté par la ténacité et la popularité de cette lutte, la mairie lance une opération de propagande insidieuse : les riverains du site sont conviés à une série de réunions en mairie, par paquet de 6, pour leur faire la réclame du projet immobilier Garden State.
Au risque du ridicule, le pouvoir municipal dévoile la fragilité et la faible popularité de sa politique de bétonisation.

En réaction, le collectif des Jardins de l’Engrenage aujourd’hui le lancement d’une démarche participative de construction du futur « espace naturel commun », alternative à la dévastation immobilière.
Ouverte à tous les habitants, une première étape de cette démarche se tiendra lors de la Fête du Printemps organisée à l’Engrenage, dimanche 21 mars.

Communiqué : Rebsamen met le doigt dans l’Engrenage !

Rendu fébrile par la lettre ouverte des Jardins de l’Engrenage, François Rebsamen convoque en urgence les riverains du site pour leur faire la réclame du projet immobilier Garden State. Au risque du ridicule.

Les habitants des deux copropriétés situées de part et d’autre des Jardins de l’Engrenage étaient conviés en mairie, mardi 9 mars à 18h, pour une « réunion de travail sur le projet Garden State, en présence de François Rebsamen » selon l’invitation envoyée par le cabinet du Maire, organisée notamment « au regard de la masse de contrevérités dispensées sur ce projet ». D’autres réunions similaires sont déjà programmées, au moins mercredi 10 mars pour les habitants d’autres copropriétés voisines, et jeudi 11 mars pour une délégation des jardins familiaux Maupassant.

Jusque-là la mairie n’avait jamais organisé la moindre réunion pour présenter aux habitants l’aménagement de cette friche arborée de près 2 ha sur laquelle un permis de construire est accordé depuis 2019 au promoteur Ghitti Immobilier pour la construction de 307 logements. Friche en partie occupée par les Jardins de l’Engrenage, qui depuis 9 mois cultivent et prennent soin de cette terre fertile mais fragile.

Organisées dès le lendemain de la publication de la lettre ouverte demandant l’abandon du programme immobilier, ces réunions sonnent comme un signe de fébrilité du Maire et du promoteur, qui comprennent que leur projet commence à prendre l’eau, rejeté massivement par les habitants.

Mardi soir, François Rebsamen était entouré de son chef de cabinet, de Nathalie Koenders se présentant comme conseillère départementale du canton Dijon 2, de Rémy Ailleret, nouveau Directeur général délégué en charge de l’urbanisme et de l’environnement, et de Thomas Ghitti, président de Ghitti Immobilier. En face d’eux... seulement cinq habitant.es avaient bravé le couvre-feu pour écouter le Maire !

Le Maire et M. Ghitti se sont lancés dans un numéro d’auto-congratulation, décrivant les atouts du projet Garden State qu’ils osent qualifier de « véritable îlot vert » (!) dans l’invitation adressée aux riverains. Sans surprise, François Rebsamen a dénigré les Jardins de l’Engrenage, alertant les riverains sur les « joueurs de tam-tam » qui veulent « faire Notre-Dame des Landes en plus petit ». Mais il s’est bien gardé d’évoquer les raisons pourtant sérieuses et argumentées qui fondent la demande d’abandon du projet, développées dans notre lettre ouverte. Notamment l’augmentation de 30% de la densité déjà très élevée du quartier, ou l’effet d’îlot de chaleur urbain que générera le programme immobilier.

Le Maire a bien sûr insisté sur la création d’un jardin de 4 000 m2 derrière le projet Garden State. Ce jardin qui constitue la caution « verte » du programme immobilier, ne trompe plus personne, n’étant absolument pas à la hauteur des enjeux considérables mis en lumière dans la lettre ouverte des Jardins de l’Engrenage Comme le souligne Gilles Clément, paysagiste renommé signataire de la pétition appelant à l’abandon du projet, « les habitants de Dijon ont bien conscience de l’absurdité d’un projet dévastateur qui se masque derrière une terminologie novlangue où le mot jardin n’est qu’un prétexte à une vaste opération financière. »

Au lendemain de cette réunion, nous dénonçons une opération de pure communication vite bricolée et n’apportant aucune réponse nouvelle aux habitants qui demandent plus d’espaces de nature en ville. Alors que le Maire ne cesse d’affirmer sa volonté de « renforcer la participation citoyenne des dijonnais.es » et de « dynamiser les pratiques en matière de concertation, de décision et de co-construction » (Dijon-Mag) cette réunion d’information à sens unique sur un projet déjà entièrement ficelé, montre l’écart abyssal entre l’intention de concertation affichée, et les actes réellement posés par le Maire.

Nous rappelons qu’une friche arborée de 2 hectares en ville, constitue une opportunité exceptionnelle pour créer un « espace naturel commun » qui profitera à tous les habitants d’un quartier trop dense et en manque d’espaces verts, et au-delà à tous les Dijonnais. Nous avons proposé au Maire de co-construire ce nouvel espace vert avec ses futurs usagers, habitant·es du quartier. Les réunions d’information en mairie sur le projet Garden State constituent évidemment une fin de non-recevoir à notre proposition. Désormais nous n’attendons plus d’autre réponse du Maire.

Mais ce que le Maire refuse, nous allons le faire, avec les habitants et citoyens qui soutiennent les Jardins de l’Engrenage. Nous annonçons aujourd’hui le lancement d’une démarche participative de construction du futur « espace naturel commun », alternative au projet immobilier dévastateur Garden State. Ouverte à tous les habitants, une première étape de cette démarche se tiendra lors de la Fête du Printemps organisée à l’Engrenage, dimanche 21 mars.

Les Jardins de l’Engrenage 10 mars 2021

(Crédit illustration : librement détournée de l’ébouriffant A. Pignocchi, voir ici)



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

Articles de la même thématique : Défense des jardins de l’Engrenage

Les Jardins de l’Engrenage reviennent !?!

Rebsamen croyait s’en être débarrassé après avoir abusé de la force publique cet été : les Jardins de l’Engrenage reviennent le 17 septembre à l’occasion de la 4e vague “Contre la réintoxication du monde”.
Une partie de la nature a été détruite, mais tout n’est pas perdu ! Il est encore possible de renoncer à bétonniser entièrement l’avenue de Langres.