Refuser la folie des armes nucléaires

Ce 24 avril 2021, environ 20 personnes ont manifesté place Darcy à Dijon en ce 35 ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

Ce 24 avril 2021, environ 20 personnes ont manifesté place Darcy à Dijon en ce 35 ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Elles attirent l’attention sur le fait que le risque d’accident nucléaire est partout. Aucune centrale n’est à l’abri d’un problème technique, d’une erreur humaine, d’un acte de terrorisme ou d’une menace naturelle (manque d’eau, inondation, séisme, etc.).
À cette occasion, et dans le cadre des vigies citoyennes organisées chaque mois depuis janvier 2020, les lanceurs d’alerte du « Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires » ont déployé des banderoles appelant au désarmement nucléaire.

Dénoncer la folie des armes nucléaires et la raison d’État

Le danger des armes nucléaires pèse sur l’humanité depuis 76 ans, si bien que beaucoup arrivent à s’en accommoder. La dissuasion nucléaire est une menace de destruction mutuelle assurée, ou Mutual Assured Destruction, MAD, ce qui en anglais signifie "fou"... Il est insensé de prendre, pour se défendre, le risque d’être détruit. Pourtant, des lanceurs d’alerte nous mettent en garde depuis longtemps :
Dans son livre La bombe ou la vie (1971), le prêtre, Résistant, journaliste et écrivain français Jean Toulat (1915-1994) interpellait le président de la République : « Les tribunaux, avant de condamner le plus affreux des criminels, passent des mois à étudier son dossier (...). Et voilà qu’en un instant, vous seul, sans procès, sans jugement, vous vous attribueriez le droit de vie et de mort sur des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants vivant actuellement ou à naître, non pas seulement dans le pays adverse, mais, par contrecoup probable, dans notre propre patrie ».
Dans son livre La passion de détruire (1975), le sociologue et psychanalyste états-unien d’origine allemande Eric Fromm (1900-1980) écrivait : « La 2 ème Guerre mondiale et la bombe atomique montrent aux hommes combien ils sont vulnérables. C’est par un choix conscient et une politique délibérée que l’humanité pourra survivre (...) Qui sont ces "réalistes", qui jouent avec des armes pouvant conduire à la destruction de toute la Terre ? Si un individu isolé faisait quelque chose de tel, on l’enfermerait tout de suite, et s’il était encore fier de son réalisme, les psychiatres reconnaîtraient là un symptôme sérieux de démence avancée. »

Nous demandons :
  • le respect par la France de ses obligations dans le cadre de l’article 6 du Traité de Non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et qu’elle viole allègrement depuis près de 30 ans (missiles balistiques intercontinentaux M-51 (plus de 6 000 km de portée) remplaçant les missiles M-45 (4 000 km de portée), missile de croisière ASMP-A (Air Sol Moyenne Portée Amélioré) emportés par les ‘Rafale’, programmes de simulation d’explosions nucléaires ‘Laser Mégajoule’ au Barp, programme ‘Epure’ au C.E.A. de Valduc dans le cadre du traité franco-britannique Teutatès ;
  • l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté à l’ONU en juillet 2017 par 122 États de la planète, entré en vigueur le 22 janvier 2021, qui est aujourd’hui la norme du droit international ;
  • la reconversion progressive à des activités civiles des sites CEA-DAM (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives - Direction des applications militaires) et particulièrement celui de Valduc, à 40 km de Dijon, qui assure la maintenance et le perfectionnement des 290 bombes atomiques françaises.
Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?
  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.
    Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ICAN, ’Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2014.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires
http://abolitiondesarmesnucleaires.org - abolitiondesarmesnucleaires@orange.fr - 06 14 24 86 96

Source Photo : Amis de la Terre



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Dissuasion nucléaire : les incohérences

Retour sur la 19e vigie en vue du désarmement nucléaire, le 16 juillet 2021 près de Valduc, sur les incohérences de la doctrine française de dissuasion nucléaire et sur la 50e signature d’une ville française (Villeurbanne) pour le désarmement atomique.

Articles de la même thématique : Armements

Les lacrymos, une arme de guerre civile

Armes de « contrôle des foules » par excellence, les gaz lacrymogènes semblent être devenus l’un des outils privilégiés du maintien de l’ordre contemporain. Leur usage dans le cadre de manifestations publiques s’est systématisé ces dernières années, au point que l’image de rassemblements noyés sous les gaz semblent être devenue la norme.