[Théâtre] Rapports Contés des Râtés qu’on Porte

Rapports Contés des Râtés qu’on Porte.
Un spectacle féministe sur les violences sexuelles, et leurs conséquences dans nos vie.
Suivi d’un concert et d’une boum.
Dans le cadre de la fête d’automne des Lentillères.

Rapports Contés des Râtés qu’on Porte, par la Compagnie des Oubliettes.
21h30, Grange Rose des Lentillères (rue Philippe Guignard)
Un spectacle féministe sur les violences sexuelles, et leurs conséquences dans nos vie.
Attention, un spectacle PAS pour les enfantEs ! Conseillé à partir de 14 ans.

Après le spectacle : table infokiosque et bouquins. N’hésitez pas à venir échanger avec les comédiennes.
Pour en savoir plus, allez voir le Site de la Cie des Oubliettes

La pièce sera suivie à 23h d’un concert de The chemist and the acevities (noisy rock psyché-surf – Dijon-Paris). Écoutez les Chemist sur Bandcamp
Et après… BOUM



Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.