[Dijon] Un amour comme un autre



Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-courts-métrages, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.

Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-court-métrage, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.
La diffusion sera accompagnée d’échanges. Nous recevrons notamment des bénévoles de l’association « contact », qui luttent contre les discriminations à l’encontre des personnes homosexuelles, aide les gays et lesbiennes à comprendre et à accepter leur orientation sexuelle et à dialoguer avec leurs parents et leurs proches.
Venez nombreuses et nombreux.

JPEG - 719.4 ko

3 courts-métrages seront diffusés :

  • Aline de Simon Guélat (2019)
    PNG - 1.1 Mo
  • Pourquoi mon fils ? de Lucas Morales (2015)
    JPEG - 13.9 ko
  • Parmi les Sirènes de Marie Jardillier (2016)
    JPEG - 21.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes LGBTQIA+

Marche des fiertés : Dijon s’est payé une pride apolitique honteuse

La ville de Dijon nous offre sur un plateau d’argent une pride toute chantante et dansante et on se demande s’ils veulent s’excuser pour les dernières années de cassage de mobilisations un tant soit peu queers et féministes qui ne soient pas à 100% libérales. On se demande aussi si c’est encore possible d’être « Queer, véner et révolutionnaire » ou si la révolution ne sera finalement pas « queer ».
Une marche de la honte des fiertés haute en couleurs, à l’arc-en-ciel bleu blanc rouge, jaune moutarde, jaune syndicaliste, rouge socialiste et aussi blanc bourgeois ou encore bleu océan où il ne faut pas faire de vagues...

Articles de la même thématique : Homophobie

Pour la libre disposition de son corps, la liberté de procréer et l’égalité des droits : un appel des groupes féministes et des organisations syndicales !

Nous, groupes féministes et organisations syndicales, voulons que la loi aboutisse enfin, et donne accès à la PMA à toutes les femmes et toutes les personnes en capacité de porter un enfant, seules ou en couple, et mette fin à l’hypocrisie actuelle qui oblige encore ces personnes à partir à l’étranger ou à se débrouiller toutes seules.