[Dijon] Un amour comme un autre

Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-courts-métrages, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.

Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-court-métrage, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.
La diffusion sera accompagnée d’échanges. Nous recevrons notamment des bénévoles de l’association « contact », qui luttent contre les discriminations à l’encontre des personnes homosexuelles, aide les gays et lesbiennes à comprendre et à accepter leur orientation sexuelle et à dialoguer avec leurs parents et leurs proches.
Venez nombreuses et nombreux.

JPEG - 719.4 ko

3 courts-métrages seront diffusés :

  • Aline de Simon Guélat (2019)
    PNG - 1.1 Mo
  • Pourquoi mon fils ? de Lucas Morales (2015)
    JPEG - 13.9 ko
  • Parmi les Sirènes de Marie Jardillier (2016)
    JPEG - 21.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes LGBT

PMA et « bioéthique » : Quel avenir pour la famille ?

Alors que les anti-PMA réactionnaires se réunissent le 10 octobre à Dijon pour demander le retrait de la nouvelle loi bioéthique, comment se positionner en tant que féministes ? Sortir, ne pas laisser la rue, évidemment. Mais ne rien critiquer de cette loi transphobe ? Profitons-en pour parler familles.

Articles de la même thématique : Homophobie

[Strasbourg] Podcast « À nos mort.e.s »

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.

Récit de la Marche des Fiertés du 27 juin 2020 à Dijon

Après ces derniers mois moroses et le choix politique du confinement qui a contraint les actions militantes,
Parce que la lutte contre les discriminations, les inégalités, pour vivre et nous épanouir dans nos corps, dans nos genres, dans nos vies… est toujours présent,
Parce que combattre ensemble le système cisgenre hétérosexiste et raciste est toujours d’actualité,
Parce que nous avons besoin d’exprimer colère, revendications, solidarité et fiertés,
Plusieurs collectifs TPGBQIA+ et féministes se sont rassemblées autour de l’organisation de ce rassemblement politique annuel.