[Dijon] Un amour comme un autre

Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-courts-métrages, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.

Le 14 février, 20h30, l’Association de la Maison Maladière (21 rue de Balzac, Dijon) vous invite à une soirée-court-métrage, une occasion de parler d’amour et d’homosexualité, pour dépasser les clichés, interroger l’hétéronormativité de nos représentations et combattre l’homophobie.
La diffusion sera accompagnée d’échanges. Nous recevrons notamment des bénévoles de l’association « contact », qui luttent contre les discriminations à l’encontre des personnes homosexuelles, aide les gays et lesbiennes à comprendre et à accepter leur orientation sexuelle et à dialoguer avec leurs parents et leurs proches.
Venez nombreuses et nombreux.

JPEG - 719.4 ko

3 courts-métrages seront diffusés :

  • Aline de Simon Guélat (2019)
    PNG - 1.1 Mo
  • Pourquoi mon fils ? de Lucas Morales (2015)
    JPEG - 13.9 ko
  • Parmi les Sirènes de Marie Jardillier (2016)
    JPEG - 21.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes LGBT

La Pride 2020 podcastée

À partir des enregistrements pris dans la manifestation, ce petit montage de 14 minutes essaie de rendre un peu de (...)

Récit de la Marche des Fiertés du 27 juin 2020 à Dijon

Après ces derniers mois moroses et le choix politique du confinement qui a contraint les actions militantes,
Parce que la lutte contre les discriminations, les inégalités, pour vivre et nous épanouir dans nos corps, dans nos genres, dans nos vies… est toujours présent,
Parce que combattre ensemble le système cisgenre hétérosexiste et raciste est toujours d’actualité,
Parce que nous avons besoin d’exprimer colère, revendications, solidarité et fiertés,
Plusieurs collectifs TPGBQIA+ et féministes se sont rassemblées autour de l’organisation de ce rassemblement politique annuel.

La marche des fiertés en images

Retour en images sur la marche des fiertés du samedi 27 juin, une déambulation revendicative et festive. Des slogans, des pancartes, des chants, des collages, des vélos pimpés, des paillettes, et plusieurs centaines de personnes qui ont pris les rues dijonnaises pour lutter contre le cis-tème hétéro-patriarcal et pour toutes celles et ceux qui ne suivent pas la norme oppressive de cis-thème hétéro.

Articles de la même thématique : Homophobie

[Châtenoy] La commune sera-t-elle la victime collatérale du racisme de policiers ?

TN Rabiot Police Officiel est un groupe privé sur Facebook dans lequel des policiers, mais aussi des gendarmes, s’échangent des « centaines de message racistes, sexistes ou homophobes ainsi que des appels au meurtre » (réf streetpress.com).

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

Le 8 mars ne se fera plus sans les lesbiennes !

Le cortège de Paris a été confronté à des menaces et des agressions inacceptables. Nous avons été mises en danger, menacées et agressées par un groupe, composé majoritairement d’hommes, qui a décidé de prendre la tête du cortège.