Vous faites des heures supplémentaires, on refuse de vous payer. Pour pouvoir les réclamer, il vous faudra les prouver !

Les patrons ont depuis toujours les dents qui rayent le plancher au point qu’ils vous demandent de travailler plus que ce qui est prévu par votre contrat, en heure supplémentaire. Finalement, ils refusent de vous payer le fruit de votre travail. Que faire ?

Vous avez effectué des heures supplémentaires, qui hélas, ne vous ont pas payées. Pour pouvoir les réclamer, il faut les prouver, ainsi est la loi. Il faut avant tout savoir qu’il y a une présomption selon laquelle chaque heure effectuée par le ou la salarié.e est présumée faite à la demande de l’employeur.

Effectivement, seules les heures supplémentaires accomplies à la demande de l’employeur ou, au moins, avec son accord, donnent lieu à rémunération comme le rappel la Cour de Cassation : (ass. Soc. 20 mars 1980, n° 78-40979 ; Cass. Soc. 30 mars 1994, n° 90-43246 et Cass. Soc. 2 juin 2010, 08-40.628 ; Cass. soc. 23 mai 2013, n° 12-13602). S’il n’est pas démontré que les heures supplémentaires effectuées par le ou la salarié.e ont été demandées par l’employeur, le ou la salarié.e ne peut prétendre au paiement (Cass. Soc. 21 juillet 1994, n°91-43277).
 
La question qui se pose alors est la suivante :

Comment rapporter la preuve matérielle de ces heures supplémentaires ?

Les tribunaux sont assez ouverts et souples envers les salarié.e.s sur le sujet, fort heureusement.

 
Vous pouvez produire, par exemple, votre agenda personnel, c’est pourquoi l’équipe du CIDTD vous conseille de noter toutes vos heures, chaque jour de travail effectué.e.s sur un agenda. Des attestations de collègues (on peut très bien faire témoigner des ancien.ne.s collègues).
Le/la salarié.e que vous êtes peut aussi produire ses courriels horodatés. Par exemple, en produisant le premier courriel que vous avez envoyé le matin depuis votre lieu de travail, et le dernier courriel, il réussira à démontrer l’amplitude de votre journée de travail. C’est aussi pour cela qu’il vous est recommandé de faire une copie électronique sur un disque dur externe de toute votre boite de messagerie.
 



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Dijon] « Grève surprise » au CHU

Ce lundi matin, les infirmier·es de bloc opératoire (IBODE) du CHU de Dijon se sont mis en grève. Ils et elles revendiquent l’application d’un texte de revalorisation salariale que d’autres hôpitaux appliquent déjà.

Débrayage chez Procter & Gamble où 27 emplois sont menacés

Ce vendredi matin, une cinquantaine de travailleurs et de travailleuses de l’entreprise Procter & Gamble ont débrayé entre 9h30 et 10h30 pour défendre leur emploi. Dans un communiqué, l’intersyndicale CFDT, FO, SUD annoncait en effet que la direction de l’entreprise s’apprêtait à supprimer 27 postes sur les 80 que compte le site de Dijon.

Articles de la même thématique : Droit du travail

Alerte Canicule : Quels sont mes droits au travail ?

La température monte. Travailler dans une ambiance surchauffée devient pénible, voire dangereux. Si les météorologues ne parlent pas strictement de canicule ces prochaines semaines (Il faut au minimum 72 heures durant lesquelles les températures se montrent anormalement élevées), au dessus de 34° les employeurs ont des obligations et les salarié.es des droits spécifiques. Quels sont ses droits ?

Répression syndicale : Rassemblement pour soutenir une syndicaliste d’Enedis

Une employée d’Enedis, syndicaliste élue au CSE, est convoquée en conseil de discipline mercredi 17 juin. Elle est accusée de « pourrir » l’ambiance au sein de son service et de « harceler » ses collègues, et risque un licenciement. Ses camarades de la CGT Énergies 21 appellent à un rassemblement de soutien.