27 novembre : Manifestation contre les violences patriarcales !



Pour la journée internationale de lutte contre toutes les violences sexistes et sexuelles, le Collectif 25 novembre appelle à descendre manifester à Dijon. Rendez-vous dans la rue le samedi 27 novembre à 14h contre les violences patriarcales !

Après plusieurs mois de confinement, et alors qu’il faut maintenant arborer un QR code pour avoir le droit de boire en terrasse ou de rentrer dans une bibliothèque, nous faisons le constat d’une société de plus en plus asphyxiante, où les médias & puissants du capitalisme patriarcal dictent l’ordre et la morale qu’il faudrait que nous suivions toustes, dans une forme de soumission résignée devant le fascisme qui monte.

Une société qui veut véritablement éradiquer les violences contre les plus vulnérables ne peut pas aussi casser les services publics, détruire l’assurance chômage et les retraites. Violences physiques et psychologiques, violences domestiques et conjugales, violences intrafamiliales et infantiles, violences contre les jeunes LBGTQIA+ qui sont contraint·e·s dans des familles hostiles : toute violence est démultipliée en contexte de précarité.

Alors oui, il y en a pour s’indigner des violences sexuelles contre les mineur.e.s qui sont perpétrés dans l’Eglise et les institutions religieuses qui lui sont liées. Quelles actions derrière ?

Il y en a pour s’indigner du nombre de victimes d’inceste et mettre en place des commissions sans aucun moyen financier. Qui ensuite pour déconstruire les aberrations comme le syndrome d’aliénation parentale ? [1]

Il y en a des viols, tout le temps, tous les jours, et très peu sont remis en questions et nommés comme tels. Que fait réellement l’Etat contre la culture du viol qui imbibe tous les rapports sociaux du 21e siècle ?

Les personnes trans souffrent, sont agressées, violées, sont poussées au suicide, et que se passe-t-il ? Rien, ou quasi-rien.

Au regard de sa dynamique de lutte internationale, la journée de mobilisation du 25 novembre reste capitale, et nous pousse à riposter haut et fort contre le patriarcat. Autour de cette date, érigée journée internationale en commémoration des soeurs Mirabal, assassinées en 1960 sous la dictature de Rafaël Trujillo en République Dominicaine, nous voulons continuer à tisser des liens et à affirmer nos solidarités féministes.

Certains collectifs féministes en France appellent à manifester le samedi 20 novembre, dans l’objectif d’interpeller le gouvernement et futur.es candidat.es à la présidentielle sur les violences sexistes et sexuelles. La journée du 20 novembre est cependant la journée du TDOR – Trans Day Of Remembrance, une journée de commémoration des personnes trans assassinées. Par solidarité avec les personnes trans qui nous composent, que nous connaissons, que nous aimons, que nous pleurons, et parce que notre lutte féministe ne peut être que transféministe, nous appelons à manifester dans les rues de Dijon le samedi 27 novembre.

JPEG - 74.8 ko

Le vieux monde veut notre mort, nous tuant, nous violant, nous agressant chaque jour. La peur coule, glaciale, dans nos veines en lisant la presse, l’absence de moyens pour les hôpitaux, les expulsions des camps de migrant·e·s, les jeunes harcelé·e·s par les flics dans les quartiers. Mais derrière, au fond mais bien là, nous sentons aussi notre coeur qui crépite, en organe incandescent qui rêve à un immense feu de joie qui brûlerait ce vieux monde. Nous imaginons une véritable déferlante féministe bravant le pavé dijonnais, aussi massive, belle et enragée qu’en 2019.

Des chants, des cris, des danses, des pleurs, de la sueur, de l’amour, de la rage. Faire griller le système, enflammer l’hétérocispatriarcat, incendier ce monde mortifère.
Mettons le feu aux poudres !

Nous préparons la suite, rejoins-nous le 27 novembre, et brûlons toustes ensemble.

Rendez-vous à 14h à Dijon (lieu communiqué plus tard), pour toustes les allié·e·s contre les violences patriarcales.

Collectif 25 Novembre



Notes

[1syndrome d’alinéation parentale : l’aliénation parentale est un concept qui « invalide, nie et occulte les propos et les craintes exprimés par les femmes et les enfants face à la violence des hommes » (livre "L’aliénation parentale  : Stratégie d’occultation de la violence conjugale  ? de Isabelle Côté, Simon Lapierre et Francis Dupuis-Déri, 2019 + voir le forum « Histoire et usage du syndrome d’aliénation parentale contre les mères séparées en France » ici : https://www.youtube.com/watch?v=Rw0sRBrfqLo).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

[Besançon] Absence d’intimité, refus de plainte, propos dégradants… le commissariat central de la Gare-d’eau épinglé dans sa gestion des violences sexuelles et sexistes

Hier mardi 8 mars, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes. Place Louis Pasteur à Besançon, une revendication a retentit : « nous devons obtenir une meilleure prise en charge dans les commissariats, qui reste encore très insatisfaisante. » Dans un article paru mercredi dernier, le média « Kawa TV » a esquissé la situation locale en la matière. Un panorama édifiant pour une ville moyenne, et une véritable réflexion sur la considération institutionnelle des violences sexistes et sexuelles.