Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

#61 Fin du monde, fin du mois, même combat !



Où il est question des grèves à venir.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #61 Fin du monde, fin du mois, même combat !
Mardi 20 septembre 2022
Chronique pour Radio Campus Dijon

Pour aller plus loin :

Depuis le mouvement des gilets jaunes et les grèves pour le climat, ce slogan symbolise la volonté de lier les revendications écologistes et les revendications sociales, les 3°C de réchauffement climatique en 2100, et les 6% d’inflation sur un an en France.

Rappelons qu’en 2019 les 1 % les plus fortunés sont à l’origine de 17 % des émissions mondiales de CO2. Les 10 % les plus riches sont eux responsables de la moitié des émissions planétaires. À l’opposé du spectre, la moitié la plus pauvre de la population mondiale a émis en moyenne seulement 1,6 tonne de carbone par personne, soit 12 % des émissions mondiales.

Les 1 % les plus riches de cinq pays développés : (États-Unis, Luxembourg, Singapour, Arabie Saoudite et Canada) polluent ainsi 2 610 fois plus que les 10 % les plus pauvres de cinq pays d’Afrique et d’Amérique latine : (Honduras, Mozambique, Rwanda, Malawi et Zambie).

Ce sont pourtant ces même pays qui subissent de plein fouet les effet des changements climatiques : cyclones, inondations, sécheresses, et leurs lots de déplacements de populations. Le constat s’applique aussi aux pays dit "developpés", où les plus riches ont les moyens de se mettre à l’abris des évènements climatiques extrêmes.

La question climatique est un question sociale : Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International résume ainsi la situation : « Les nations les plus pauvres et les plus endettées du monde sont celles qui ont le moins contribué à cette crise. Ce sont pourtant elles qui en font les frais. »

Passez ces quelques rappels rassurons-nous, la convergence des luttes est proche, puisque moins d’une semaine sépare désormais le mouvement écologiste du mouvement syndical :

Vendredi 23 septembre, c’est le retour des grèves pour le climat, ou "Friday for future", lancées à l’été 2018 par l’appel de Greta Thunberg. À Dijon un rassemblement aura lieu à 13h30 place de la Libération.

Jeudi 29 ce sont les syndicats Sud, CGT et FSU qui appellent à la grève pour demander des augmentation des salaires, pensions et minima sociaux, et pour dénoncer le projet de réforme des retraites. Des manifestations sont prévu dans toute la région, et notamment à 14h place de la libération à Dijon.

Alors à très vite dans la rue !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Réchauffement climatique

Greenwashing de la centrale biomasse de Dijon

A Dijon, 4e ville la plus verte de France, les réseaux de chaleur biomasse « bas carbone » sont censés décarboner la chaleur, avec par exemple la centrale biomasse de Dalkia , la chaufferie des Péjoces. Cependant, de très nombreux éléments scientifiques démontrent que cette neutralité carbone du bois énergie est erronée et que la combustion du bois accélère de façon massive le changement climatique, contrairement au stock de carbone dans les forêts, dans le bois matériau et dans le biochar qui améliore les sols agricoles. Il est donc urgent de s’attaquer au greenwashing des réseaux de chaleur biomasse de Dijon.

Afforestation au bord de la Lino

Le dimanche 14 avril, une quarantaine de citoyens ont répondu présent à l’invitation de l’association Forestiers du Monde afin de planter 550 arbres et arbustes composés de 51 espèces sur un délaissé routier. Une action concrète et locale pour limiter le dérèglement climatique et favoriser la biodiversité. Un article provenant du site Dijon-écolo.

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

Grève au CHU de Dijon

La situation dans les hôpitaux est toujours plus critique. De plus en plus de professionnels ne supportent plus (...)