Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Auxerre] Rassemblement de soutien aux interpellés du 23 mars


Yonne

Cinq personnes passent en procès à Auxerre les lundi 24 avril et mercredi 31 mai. Leurs sont reprochés des faits commis pendant la manifestation du 23 mars 2023 contre la réforme des retraites. Appel à rassemblement de soutien ce lundi devant le tribunal d’Auxerre.

Non à la criminalisation de la mobilisation contre la réforme des retraites

Soutien aux 5 personnes interpellées jeudi 23 mars 2023

Jeudi 23 mars, en marge du cortège organisé par les organisations syndicales qui appelaient à une 9éme journée de mobilisation contre la réforme des retraites, des incidents se sont déroulés aux abords de la préfecture à Auxerre.

Cinq personnes ont été interpellées, placées en garde à vue et jugées en comparution immédiate le lendemain devant le Tribunal d’Auxerre.
Le report de leur jugement a été fixé :

  • pour deux d’entre elles au lundi 24 avril
  • pour les trois autres au mercredi 31 mai

Les organisations signataires apportent leur soutien à ces cinq opposants à la réforme Macron des retraites.

Elles appellent leurs adhérents et sympathisants à être présents devant le Tribunal d’Auxerre lundi 24 avril à partir de 13h30 pour marquer leur soutien aux deux premières personnes qui seront jugées pour des faits dont l’entière responsabilité politique relève du Président de la République qui, par ses méthodes autoritaires, non respectueuses de la volonté populaire non plus que de celle des élus, accumule les provocations et le mépris à l’égard de tous ceux qui continuent à manifester leur rejet de sa réforme injuste, inutile et particulièrement brutale.

Auxerre, le 21 avril 2023
La France Insoumise, PCF, POI, FSU, CGT, Solidaires, ATTAC, LP, Assemblée populaire d’Auxerre.

JPEG - 209.2 ko
Le discours de Macron n’a semble-t-il pas calmé les rues Auxerroise !

Récit d’une explosion de colère historique jeudi 23 mars à Auxerre contre la réforme des retraites.

29 mars 2023

Communiqué du syndicat CGT-UFICT des IEGN Yonne
C’est à l’occasion des puissantes manifestations à Auxerre contre la réforme des retraites que deux camarades du syndicat ont été interpellés le 23 mars, placés en garde à vue et jugés en comparution immédiate le lendemain au Tribunal d’Auxerre. Le report de leur jugement a été porté au 24 avril à 14 heures.
Faut-il encore rappeler le déni de démocratie que constitue le passage en force de Macron avec son 49.3 qui a occasionné une légitime colère de la part des salariés.
En aucun cas, nos camarades ne doivent être les boucs émissaires d’une situation dont le gouvernement porte l’entière responsabilité.
Notre solidarité avec nos deux camarades est totale.
Nous serons présents, le 24 avril, dès 13 h 30 devant le Palais de justice d’Auxerre (5 place du Palais de justice).
Fait à Auxerre, le 18.04.23

JPEG - 286.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rassemblement contre un licenciement au restaurant l’Edito

Sollicité à de multiples reprise par le syndicat Solidaires, l’Edito reste sans réponse face au licenciement d’un de ses employés. Solidaires 21 appelle une mobilisation vendredi 17 mai à partir de 18h45 afin d’interpeller les client·es du restaurant.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?