[Besançon] 650 personnes à la manifestation féministe contre le sexisme, le racisme et le nationalisme

Comme à Dijon, une manifestation féministe avait lieu samedi 6 mars à Besançon. Elle a réunit 650 personnes dans une belle ambiance !

Victime de viol, d’inceste, de violences physiques et psychologiques, d’abus sexuel, de féminicides, de harcèlements, de railleries sexistes, racistes et/ou homophobes, de dévalorisation sur son lieu de travail, de contraintes vestimentaires, de régimes forcés... Réduite à un objet de désir et de consommation ! Résumée à son rôle de reproductrice ! Invisibilisée, niée, ignorée dans les médias et dans l’Histoire ! Précarisée au travail jusqu’à un retraite paupérisée...
... LA SOCIÉTÉ A-T-ELLE VRAIMENT CHANGÉ DEPUIS LOUISE MICHEL ?

Révoltées, décidées, toujours combatives, déterminées, retrouvons-nous à la MANIFESTATION

C’est ainsi qu’était appelée la manifestation mixte du 6 mars à Besançon.
D’après France 3, elle a réunit environs 650 personnes, parmi lesquelles des « sorcières de Vaîtes » mais aussi une belle batucada.
Voici quelques photos arrachées sur les réseaux sociaux. Si vous avez participez à la manif, n’hésitez pas à nous envoyer un récit de cette belle journée !

Photos : twitter Séverine Véziès

JPEG - 345 ko
JPEG - 332.7 ko
JPEG - 274.1 ko
JPEG - 605.4 ko
JPEG - 372.8 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Le principe de division, c’est la race et la classe - Entretien avec Sarah Schulman

Après La gentrification des esprits, les éditions B42 viennent de publier l’essai de Sarah Schulmann Le conflit n’est pas une agression. C’est un livre à plusieurs égards dérangeant, qui bouscule là où il faut et qui permet de prendre de la distance et d’offrir des réflexions nouvelles sur des questions délicates.