[Besançon] 650 personnes à la manifestation féministe contre le sexisme, le racisme et le nationalisme


Doubs

Comme à Dijon, une manifestation féministe avait lieu samedi 6 mars à Besançon. Elle a réunit 650 personnes dans une belle ambiance !

Victime de viol, d’inceste, de violences physiques et psychologiques, d’abus sexuel, de féminicides, de harcèlements, de railleries sexistes, racistes et/ou homophobes, de dévalorisation sur son lieu de travail, de contraintes vestimentaires, de régimes forcés... Réduite à un objet de désir et de consommation ! Résumée à son rôle de reproductrice ! Invisibilisée, niée, ignorée dans les médias et dans l’Histoire ! Précarisée au travail jusqu’à un retraite paupérisée...
... LA SOCIÉTÉ A-T-ELLE VRAIMENT CHANGÉ DEPUIS LOUISE MICHEL ?

Révoltées, décidées, toujours combatives, déterminées, retrouvons-nous à la MANIFESTATION

C’est ainsi qu’était appelée la manifestation mixte du 6 mars à Besançon.
D’après France 3, elle a réunit environs 650 personnes, parmi lesquelles des « sorcières de Vaîtes » mais aussi une belle batucada.
Voici quelques photos arrachées sur les réseaux sociaux. Si vous avez participez à la manif, n’hésitez pas à nous envoyer un récit de cette belle journée !

Photos : twitter Séverine Véziès

JPEG - 345 ko
JPEG - 332.7 ko
JPEG - 274.1 ko
JPEG - 605.4 ko
JPEG - 372.8 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.