Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Besançon] « Castaner assassin ! » : la condamnation des militant·es annulée


Doubs

En juillet dernier Frédéric Vuillaume (figure militante bisontine parmi les syndicalistes et gilets jaunes) et son épouse avaient été condamné·es en appel à 1 500 euros d’amende avec sursis pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion ». Il leur était reproché d’avoir crié « Castaner assassin » lors de la visite de l’ancien ministre de l’Intérieur en 2019 à Besançon.

La Cour de cassation a estimé dans son arrêt du 16 mars que les militant·es auraient du être jugé·es selon la loi de 1881 sur la liberté de la presse et pas sur l’article 433-5 du Code pénal (outrage). Elle a donc décidé d’annuler la condamnation.

« L’outrage n’était pas constitué car (la phrase incriminée) n’a pas été adressée directement au ministre » qui n’était pas présent quand elle a été prononcée et l’a apprise par la presse", a expliqué Me Jean-Michel Vernier, avocat de Frédéric Vuillaume. [1]



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Abolir les prisons ? Rencontre avec Gwenola Ricordeau

Jeudi 6 juin, Gwenola Ricordeau nous présentera son livre Brique par brique, mur par mur, une histoire de l’abolitionnisme pénal. La présentation sera suivie d’un temps d’échange, puis d’un repas et d’une projection de Sur les toits (Nicolas Drolc, 2014).

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?