Ça matraque à Besac ! Suite de l’acte XX

Une nouvelle vidéo qui contredit la déclaration du ministre de l’intérieur concernant le ramassage de la grenade et le communiqué de Presse syndicat Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne sur la répression et les violences policières à Besançon.

Un gilet jaune aurait reçu un violent coup de matraque sans raison apparente de la part d’un policier ?
La réponse est oui,
contrairement aux déclarations de la préfecture qui « affirme que le manifestant aurait été vu en train de ramasser une grenade de gaz lacrymogène »
et du ministre de l’intérieur dont voici quelques extraits :

« Il n’y a pas d’images de violence policière. Il y a une scène où un policier dans l’action, au moment d’une charge, a effectivement poussé quelqu’un [...] quand les policiers sont chargés de dégager une manifestation, il y a des gestes qui peuvent se produire. [...] l’individu en question voulait se saisir d’une grenade. [...] On ne peut pas d’un côté critiquer tout geste de chacun des policiers de France qui sont confrontés à des violences et ne pas parler de ce policier qui est toujours en réanimation depuis dix jours après être tombé sur la place de la République », a-t-il affirmé en faisant référence au policier qui avait fait une crise cardiaque le 23 mars lors d’une manifestation des Gilets jaunes.

Dans le communiqué suivant de F.O , la vidéo est actualisée , c’est à dire vue d’un nouvel angle.


Communiqué de Presse syndicat Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne sur la répression et les violences policières à Besançon.

le 04/04/2019

Notre syndicat dénonce avec force l’agression inacceptable dont a été victime le jeune manifestant pacifique lors de la manifestation des gilets jaunes samedi 30 mars 2019. En effet nous avons pu constater sur la vidéo de radio bip que ce manifestant n’a voulu à aucun moment bloquer les forces de l’ordre et n’ a eu aucune réaction violente envers eux, malgré cela il a été violemment frappé au visage avec une matraque lorsqu’il était de dos lui occasionnant de graves blessures. Nous dénonçons l’attitude irresponsable du Préfet du Doubs qui dans un premier temps s’en avoir vu les images a couvert cet acte de violence et l’attitude totalement provocatrice du ministre de l’intérieur qui nie les faits. Lors de cette manifestation les syndicats des enseignants ont rejoint la manifestation des gilets jaunes et ont été eux aussi gazés, ce n’est pas la première fois que des militants syndicaux ont été malmenés par les forces de l’ordre comme ça a été le cas lors de la visite du président de la république le 16 novembre 2018 et la visite du ministre de l’intérieur le 13 mars 2019.

Nous dénonçons l’attitude irresponsable du gouvernement qui ne répond que par la violence aux revendications légitimes des salariés, des fonctionnaires, des retraités, des étudiants et des chômeurs (gilets jaunes ou non) et qui continu d’imposer ses réformes au pas de charge sans aucune concertation. Nous exigeons l’arrêt de toute répression violente et de toutes arrestations abusives envers les manifestants afin que le droit fondamental de manifester ne soit pas bafoué.

le bureau Force Ouvrière



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

D’un carnaval à l’autre : Deux rendez-vous militants à Chalon

Le 19 février, contre la répression, viennoiseries et rassemblement de soutien à Sophie en procès pour avoir diffusé une image du commissaire de Chalon, détournée avec divers artifices loufoques.
Le 27 février, carna-marche des libertés, contre les nouvelles lois scélérates

De Battisti aux Gilets Jaunes : la presse, la violence et le pouvoir

Le 12 janvier 2019, Cesare Battisti était arrêté par la police bolivienne. La France était à ce moment là secouée par le surgissement des Gilets Jaunes. Deux ans après, c’est l’occasion de revenir sur le traitement médiatique appliqué à l’ex-guerillero en le confrontant à celui qui traitait du mouvement social en cours.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.