Claude Bourdet, un Résistant contre l’arme nucléaire



À l’initiative du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nuclaéaires, le 18 novembre 2021 s’est tenue la 22e vigie citoyenne mensuelle pour la reconversion du CEA Valduc.

Le 18 novembre 2021 à Dijon, place Darcy, puis à Moloy, près du site du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Valduc qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises, 9 lanceurs d’alerte du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ ont déployé des banderoles. Ils appellent

  • au respect par la France de l’art. 6 du Traité de non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole allègrement l’esprit et la lettre,
  • à l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), devenu depuis le 22 janvier 2021 la norme du droit international,
  • et à la reconversion à ces activités pacifiques des sites CEA-DAM, dont celui de Valduc.
JPEG - 1.4 Mo

Claude Bourdet, de la Résistance au combat contre l’arme nucléaire

Claude Bourdet (1909-1996), ingénieur français diplômé de l’École polytechnique fédérale de Zurich, est entrepreneur dans l’industrie après la démobilisation. Il participe avec Henri Frenay et Berty Albrecht à la fondation du mouvement de Résistance ‘Combat’. Il crée en 1942 et développe le réseau ‘Noyautage des administrations publiques’ (NAP) pour infiltrer les administrations de l’État français et les faire fonctionner au service de la Résistance : renseignement de ‘la France libre’, sécurité des Résistants, sabotage "professionnel", fourniture de faux papiers, préparation de la prise du pouvoir au moment de la Libération. Il y pratique la résistance non-violente et la non-collaboration avec l’occupant et avec le régime de Vichy, « comme Monsieur Jourdain faisant de la prose », écrira-t-il plus tard à Jean-Marie Muller. Les administrations concernées sont notamment les préfectures, la police, le ravitaillement, l’électricité, les PTT et la SNCF.

Arrêté en mars 1943 par la Gestapo, torturé, il est déporté à Buchenwald. Il est fait ‘Compagnon de la Libération’ en octobre 1945. Écrivain, journaliste, il cofonde en 1950 le journal L’Observateur et en 1960 le ‘Parti socialiste unifié’ (PSU). Il dénonce la répression à Madagascar et la torture en Algérie. Dans le prolongement de son combat contre le nazisme, et pour dénoncer une arme immorale et suicidaire, Claude Bourdet cofonde en 1963 avec Jean Rostand le ‘Mouvement contre l’Armement Atomique’ (MCAA), devenu en 1968 ‘Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté’ (MDPL). Il est membre du Comité de parrainage du ‘Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits’ (CDRPC), devenu en 2008 Observatoire des armements.

« Il est bien certain, déclare-t-il lors d’un échange à la Revue Défense nationale, qu’une grande partie du manque d’intérêt des citoyens pour les problèmes de défense nationale aujourd’hui, – sauf peut-être chez certaines élites très informées, – réside dans l’idée que le fameux "bouton" par lequel le chef de l’État déclenche la guerre nucléaire, nous garantit tellement bien que ce n’est vraiment plus la peine de se préoccuper de défense. Ce désintéressement satisfait peut-être certains "pacifistes". Moi, il ne me satisfait pas. »

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ’Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2014.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Articles de la même thématique : Désarmement nucléaire

La dissuasion nucléaire : un danger permanent

A l’initiative du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires, s’est tenue la 20 ème vigie citoyenne mensuelle pour la reconversion du CEA Valduc
-banderoles et quelques histoires d’ armes nucléaires -

Dissuasion nucléaire : les incohérences

Retour sur la 19e vigie en vue du désarmement nucléaire, le 16 juillet 2021 près de Valduc, sur les incohérences de la doctrine française de dissuasion nucléaire et sur la 50e signature d’une ville française (Villeurbanne) pour le désarmement atomique.

Un autre « appel du 18 juin »

Retour sur la 18e vigie du Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires, en lien avec le réseau international ICAN, prix Nobel de la paix 2017, en vue de la signature par la France du ’Traité sur l’interdiction des armes nucléaires’ (TIAN) et de la reconversion civile des activités militaires des sites du CEA-DAM.