Communiqué des syndicats de l’enseignement pour la grève du 19 mars



"Nous appelons à la grève le 19 mars 2019 et à une manifestation à 14h30 place de la Libération.
Nous appelons à la tenue d’AG dans tous les établissements, pour envoyer des délégués à une Assemblée Générale en fin de manifestation"

Fait à Dijon, le 11 mars 2019

Communiqué intersyndical

Les organisations syndicales ci-dessus [1] se sont réunies le 11 mars 2019.
Nous constatons que pour la rentrée 2019, dans notre académie, le Rectorat prévoit la suppression d’au moins 87 postes pour les personnels enseignants, auxquels s’ajoutent 48,5 autres postes supprimés mais rétablis en heures supplémentaires. Dans tous les établissements de l’académie, on constate que sous l’effet des réformes des lycées, les dotations horaires se resserrent, des postes sont menacés, la pression des heures sup est plus forte, et les compléments de service se multiplient. En collège rien qu’en Côte d’Or, on annonce déjà un solde négatif de 10 postes, avec, pour 19 ouvertures, 29 fermetures dont 9 avec mesure de carte scolaire.
Les moyens sont notoirement insuffisants. Dans toute la Fonction publique, c’est la même logique. C’est pourquoi le 19 mars, la question de la grève se pose à la fois dans l’Education Nationale et à un niveau interprofessionnel.

Nous appelons à la GRÈVE LE 19 MARS 2019
et à une MANIFESTATION A 14H30 PLACE DE LA LIBERATION.

Nous appelons à la tenue d’AG dans tous les établissements, pour envoyer des délégués à une Assemblée Générale en fin de manifestation (dans les locaux de la FSU au 45 rue Parmentier). Il s’agit de mettre en discussion la reconduite de la grève et les initiatives de mobilisation nécessaires le jour de la tenue du CTA qui actera les suppressions de postes (rassemblement devant le Rectorat le 22 mars).
Ce qu’il faut mettre à l’ordre du jour, c’est la grève jusqu’à satisfaction des revendications :

  • Abrogation des réformes des lycées (voies Générale, Technologique et Professionnelle) ;
  • Abrogation de la loi ORE (Orientation et Réussite des Etudiants), et de Parcoursup ;
  • Retrait de la loi Blanquer « pour une école de la confiance »
  • Maintien des 42 régimes de retraite existants. Non à un régime unique par points ;
  • Arrêt des suppressions de postes ;
  • Revalorisation significative du point d’indice, pour un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat subies depuis 2010.
PDF - 164.8 ko


Notes

[1SNES, SNUEP, SNESUP, SNETAA, SNFOLC, CGT Éduc’Action, SUD Éducation

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève des AESH le 19 octobre

Cette année encore, le ministère Blanquer fait sa rentrée auprès des Accompagnant·es d’Elèves en Situation de Handicap avec un cartable bien fourni. Conditions d’emploi et de rémunération précaires, formations quasi inexistantes, généralisation délétère des PIAL et dégradation des conditions de travail sont à nouveau au rendez-vous pour cette rentrée 2021...

Grève et manifestation des sages-femmes

Pour la 4e fois cette année, les sages-femmes CFDT de Côte-d’Or seront en grève. Le 7 octobre, en soutien au mouvement de grève national, elles descendront dans la rue pour défendre leur profession. Mais leur colère dépasse de simples revendications personnelles ou locales. Car des conditions de travail des sages-femmes dépendent le bien-être des femmes qu’elles prennent en charge.

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?