[Dijon] Des cathos intégristes portent plainte contre Rebsamen pour diffamation

François Rebsamen a annoncé vendredi 19 février que le prieuré de la Sainte Famille a porté plainte contre lui pour diffamation. Le prieuré de la Sainte Famille est membre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), une société de prêtres catholiques intégristes très liée à l’extrême-droite.

L’affaire concerne le conseil municipal du 14 décembre, pendant lequel les élus ont acté la cession d’un terrain à l’association El-Imane pour la construction d’une mosquée à Fontaine-d’Ouche.
Durant les débat le maire avait affirmé « Je crois en l’Islam de France, je crois qu’il y a dans l’Islam de France tout ce qu’il faut pour respecter les règles de la laïcité. Par contre, je dénonce toutes les dérives qui sont aujourd’hui des dérives qu’on peut appeler terroristes, bien évidemment, mais pires que cela. Toutes celles qui sont des religions qui manifestent dans la rue, comme la Sainte Famille l’autre jour, pour je ne sais quoi d’ailleurs, le Prieuré… »

Le maire sera donc prochainement cité à comparaitre.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Intégrisme religieux

Quand la droite s’émeute

L’attaque du Capitole par les partisans de Trump interroge, par contrecoup, sur la capacité des fascistes et des forces de droite à investir la rue pour peser sur le pouvoir en France. Que nous enseigne l’histoire à ce propos ?

Articles de la même thématique : Extrême-droite

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.