[Dijon] Les étudiant·es rassemblé·es contre la précarité et la détresse psychologique

Mardi 16 mars, une cinquantaine d’étudiant·es et de lycéen·nes se sont rassemblé·es esplanade Érasme pour dénoncer les conséquences des mesures sanitaires sur les conditions de vie des jeunes.

« Avant même la crise sanitaire et économique, la situation étudiante était loin d’être enviable : nous étions déjà 50% à être contraint.e.s à travailler à côté de nos études, le plus haut échelon des bourses sur critères sociaux permet à peine de se loger, et seulement 6% d’entre nous sommes logé.e.s en logement CROUS. Aujourd’hui, plus d’un.e étudiante sur six est en décrochage. Pour les lycéen.ne.s la situation n’est pas plus souvent à mi-régime. Le retard sur les programmes s’accumule. Cette situation plonge de nombreux jeunes dans une détresse psychologique forte. Face à celà, les réponses du gouvernement sont largement insuffsantes. La cerise sur le gâteau étant l’enfermement et la coupure sociale que nous imposent les mesures gouvernementales pour lutter contre la pandémie. »

Après quelques prises de parole, le groupe est parti en manifestation jusqu’au rectorat.

JPEG - 983.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Souris ! Eh ! Une action syndicale sur la détresse psychologique au travail

UNIS-METIS, syndicat membre de Solidaires 21, lance une action syndicale, « Souris ! Eh ! », sur la détresse psychologique au travail. L’action vise à la fois l’accueil et l’accompagnement des victimes, que la prévention et la réparation. Elle mobilise des conseillers du salarié, des défenseurs syndicaux, des bénévoles et une psychologue qui accueille et accompagne les victimes dans le cadre d’ateliers ou de rdv individuels.

Articles de la même thématique : Lycée

Un enfant qui ne va pas à l’école, c’est … extraordinaire !

En France, il y a quelques milliers d’enfants et de parents qui n’ont toujours pas trouvé de bonne raison de se/les soumettre à l’instruction linéaire et formelle de l’éducation nationale. Ils et elles exercent leur droit à la liberté d’instruction inscrite dans toutes les déclarations relatives aux droits humains et dans notre Constitution française.

Des enfants qui apprennent sans école.

Des enfants qui apprennent sans école cela nous paraît fou-dingue, nous avons peine à l’imaginer. Aurions-nous oublié que l’être humain est une bestiole extraordinaire conçue physiologiquement et biologiquement pour apprendre perpétuellement ? Et/ou peut être que l’enfant est un être humain...