[Dijon] Les étudiant·es rassemblé·es contre la précarité et la détresse psychologique



Mardi 16 mars, une cinquantaine d’étudiant·es et de lycéen·nes se sont rassemblé·es esplanade Érasme pour dénoncer les conséquences des mesures sanitaires sur les conditions de vie des jeunes.

« Avant même la crise sanitaire et économique, la situation étudiante était loin d’être enviable : nous étions déjà 50% à être contraint.e.s à travailler à côté de nos études, le plus haut échelon des bourses sur critères sociaux permet à peine de se loger, et seulement 6% d’entre nous sommes logé.e.s en logement CROUS. Aujourd’hui, plus d’un.e étudiante sur six est en décrochage. Pour les lycéen.ne.s la situation n’est pas plus souvent à mi-régime. Le retard sur les programmes s’accumule. Cette situation plonge de nombreux jeunes dans une détresse psychologique forte. Face à celà, les réponses du gouvernement sont largement insuffsantes. La cerise sur le gâteau étant l’enfermement et la coupure sociale que nous imposent les mesures gouvernementales pour lutter contre la pandémie. »

Après quelques prises de parole, le groupe est parti en manifestation jusqu’au rectorat.

JPEG - 983.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rectorat de Dijon : un plan d’action égalité femmes/hommes au point mort

A l’occasion du 8 mars, et du séminaire dédié à l’égalité le 1er juin, le rectorat de l’académie de Dijon a communiqué sur la déclinaison localement du plan national d’action sur l’égalité femme-homme et la lutte contre les violences. La CGT Educ’action de l’académie de Dijon estime qu’il est grand temps que cette politique soit appliquée dans notre académie, alors que le plan national a été voté et signé il y a plus d’un an et demi.

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.