[En images] Des membres d’asso et de collectifs dijonnais affirment leur soutien aux Lentillères

Mardi 28 juin au matin, une dizaine de membres des collectifs et asso signataires de la tribune de soutien aux Lentillères ont fait une conférence de presse de la Librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur.

Au milieu des concombres et des courgettes des Lentillères, une dizaine de personne était venue mardi pour expliquer leur amour des Lentillères, depuis des points de vue assez différents. Ils et elles font parties d’associations ou de collectifs qui ont signé la tribune de soutien sortie il y a quelques jours.

Pour le milieu culturel, il y avait des personnes de l’Engeance, de Zutique Production mais aussi de Sabotage. Iels ont expliqué qu’une grande partie des concerts et des évènements qu’iels organisaient sur les Lentillères seraient difficile à organiser ailleurs, autant pour des raisons matérielles que pour l’ambiance particulière qui existe sur les Lentillères, avec une importance donnée au fait d’apprendre à faire la fête en prenant soin les un·es des autres, notamment avec une présence forte du féminisme.

Un membre de la ferme des Tilles Légumes a expliqué que sans les Lentillères il ne se serait jamais lancé dans l’agriculture professionnel, en expliquant la richesse que représente le fait d’avoir un lieu de formation et d’expérimentation ouverte à toutes et tous. Une formation collective que des petits jardins partagés ne peuvent pas suffire à transmettre.

Un membre de l’Atelier d’Écologie Politique « Penser les transitions » a insisté sur l’espoir que représentent les Lentillères en terme de propositions politiques pour l’avenir, dans un monde où tout est en train de s’écrouler. Il a longuement parlé de la proposition juridique portée par les Lentillères de créer une Zone d’Écologies Communal, en disant que cette création devait absolument inspirer les dirigeants pour réformer le droit et faire qu’il prenne en compte les besoins écologiques et les interactions entre les humain·es et les non-humain·es.

Un membre de Solidaires 21 a affirmé que d’un point de vue syndical, le dimension de partage et d’entre-aide porté par les Lentillères était crucial à une époque de grande précarité. Il a aussi souligné l’importance de ne pas bétonner les terres afin de faire baisser la température en ville, dont souffre de plus en plus de personne.

Des faucheurs et faucheuses volontaires étaient aussi présent·es pour réaffirmer le lien entre les luttes paysannes et les Lentillères.

Une quarantaine d’autres collectifs ont signé la tribune, dont des collectifs féministes, différents lieux du centre-ville, des assos de quartiers, etc. La liste complète est à la fin de la tribune.

JPEG - 183.8 ko
JPEG - 208.3 ko
JPEG - 119.6 ko
JPEG - 143 ko
JPEG - 147.5 ko
JPEG - 176.4 ko
JPEG - 151.9 ko
JPEG - 169.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Agriculture bio

[Discussion] Jardiner en ville c’est aussi résister

Soirée discussion autour du livre Sous les pavés la terre. Agricultures urbaines et résistances à la métropole, en présence de son autrice Flamninia Paddeu.
Samedi 11 Juin à 20h, Snack Friche au Quartier Libre des Lentillères,
8 1/2 rue Amiral Pierre, Dijon

[Besançon] Tous au tribunal pour Claire !

Claire Guyon fait face à de multiples animosités des mairies alentours pour l’empêcher d’installer une ferme en agriculture biologique diversifiée. Ce vendredi matin à l’alpage de la Boivine (1220m d’altitude, près du Mont d’Or) où elle s’est installée la semaine dernière, Claire a reçu la visite d’un huissier et une convocation pour le lundi 16 mai.

Articles de la même thématique : Bétonisation

Le Château de l’Angle expulsable

Après plusieurs mois d’occupation, les habitant·es de cette maison située sur le quartier des Lentillères ont reçu un « commandement de quitter les lieux », préalable nécéssaire à une expulsion. Appel à se montrer vigilant·es et réactif·ves en cas de tentative d’expulsion.

[Sens] Victoire contre le projet de plateforme logistique Panhard

Le projet du groupe Panhard, qui prévoyait l’implantation, d’ici à 2023, d’une plateforme logistique du géant du e-commerce Zalando à Sens, est définitivement tombé à l’eau. La firme allemande va finalement installer son site de 40 hectares en Seine-et-Marne.