[Toulouse] Expulsion de la fac occupée

Dans le nuit de mardi à mercredi, les étudiantes mobilisées contre la loi Vidal ont été expulsées de l’ARRRche, qu’elles occupaient depuis plus de 3 mois.

C’en est donc finit d’une des occupations les plus emblématiques du mouvement d’opposition à la loi Vidal. Depuis plus de 3 mois, des étudiants et des demandeurs d’asile occupaient le bâtiment de l’ARRRche, sur le campus du Mirail à Toulouse, pour s’opposer à la mise en place de la sélection à l’entrée en licence.
Pendant la nuit de mardi à mercredi, à 3h30, ils ont été délogés par les CRS. Après les interventions à Grenoble, Lille, Dijon, Strasbourg, Bordeaux, et dans plusieurs universités parisiennes, la franchise universitaire est donc une nouvelle fois bafouée.

JPEG - 179.3 ko

En fin de matinée, une AG a réunit plus de 300 personnes place du Capitole, et un étudiant a été blessé pendant une intervention policière dans le quartier de Matabiau. Alors que les agents de la BAC l’avaient plaqué au sol pour l’interpeller, une grenade de désencerclement a - semble-t-il - explosé accidentellement. Le jeune homme, d’abord placé en garde à vue, aurait été transféré aux urgences avec une cote cassée et un hémopneumothorax. Les deux agents auraient eux aussi été blessés par leur grenade.

Un rassemblement était appelé à 18h devant le commissariat.



Articles de la même thématique : Syndicalisme

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.

Articles de la même thématique : Université

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Département de sociologie : retour sur deux mois de grève

Du 23 novembre 2020 au 1 février 2021, les doctorant.es précaires du département de sociologie de l’université de Dijon ont fait grève. Jérémy Sauvineau, doctorant contractuel, et Charles Rigaux, vacataire, nous racontent ces deux mois de grève.