François Rebsamen soutient-il le Quartier Libre des Lentillères ?

Le maire de Dijon a réaffirmé vouloir préserver les terres agricoles et renforcer l’autosufficance alimentaire de sa ville. Un véritable éloge du Quartier des Lentillères.

« Limiter l’extension urbaine », « reconquérir des territoires agricoles », « planter des légumes pour la consommation locale », « être capable d’avoir des zones de maraîchage »...
François Rebsamen aurait-il finalement prit fait et cause pour le Quartier Libre des Lentillères ? C’est ce que pourrait laisser penser cette interview récemment parue sur le site infos-Dijon.
Pourtant, pas besoin d’être un lecteur averti pour savoir que la politique urbaine du Grand Dijon est aux antipodes de ces déclarations. Derrière la rhétorique du capitalisme vert (à base de préfixe « éco », de « croissance verte » et autres « développement durable ») dont les élus sont aujourd’hui si friands, la réalité est à l’étalement urbain débridé, et à la bétonisation du peu de verdure que nos villes abritent encore.

Deux exemples parmi beaucoup d’autres :

  • Depuis 2010, les 7 derniers hectares de la ceinture verte de Dijon sont occupés et cultivés par des maraîchères et des jardiniers du dimanche : le Quartier Libre des Lentillères. Loin de soutenir cette initiative, le Grand Dijon a pour projet de recouvrir ces terre sous l’éco-béton d’un éco-quartier conçu par les meilleurs éco-architectes de France... éco-eurant.
  • Un peu plus à l’est, entre Saint-Apollinaire et Quetigny, ce sont cette fois 110 hectares de terres agricoles qui doivent laisser place à l’« Ecoparc Dijon Bourgogne », site d’accueil d’entreprises certifié ISO 14 001 et labelisé EMAS gràce à ses 3 corridors écologiques rabougris.

S’il veut rester un minimum cohérent on ne donnera qu’un conseil à François Rebsamen : prendre exemple sur la décision d’Edouard Philippe à propos de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et mettre un terme à ces projets d’aménagements mortifères.



Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.