Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

La mairie menace une « frange » des Lentillères ? Ils ne toucheront pas à un cheveu du quartier !



Appel à rassemblement devant la mairie de Dijon, à partir de 15H30, lundi 19 juin pour protester contre la délibération qui remet en cause l’intégrité et l’unité du quartier des Lentillères.

Aujourd’hui, lundi 19 juin,
le conseil municipal de Dijon va délibérer à propos de l’avenir de la bande Est du quartier des Lentillères en la laissant aux mains de la Splaad laissant l’artificialisation de cette partie encore possible. Ce sont des petits jardins, le fournil, des habitations, le terrain de BMX ainsi que la cantine de la maison de l’angle qui sont ainsi encore menacées.

nous appelons à un rassemblement, aujourd’hui, devant l’hôtel de ville de dijon, salle de flore, à partir de 15h30 pour protester contre cette déliberation pour rappeler au Maire de Dijon de tenir pleinement son engagement de 2019 d’abandonner totalement l’urbanisation des Lentillères !

Ci-dessous le communiqué :

Ce lundi 19 juin 2023, le conseil municipal de Dijon délibèrera sur le rachat par la ville à la SPLAAD et l’EPFL de 7 hectares sur les 8 constituant le Quartier Libre des Lentillères. Cette opération aura pour effet d’acter administrativement l’abandon d’une grande partie de la phase 2 du projet immobilier « Écocité Jardin des Maraîchers ». Fin 2019 le maire François Rebsamen avait en effet annoncé cet abandon avant de revenir sur ses propos. Cette fois-ci la mairie reconnaît en actes certains espaces cultivés du Quartier, après 13 ans de lutte. Mais une fois de plus la délibération présentée au conseil municipal ne manque pas de contradictions, imposant le « maintien sur 1,14 hectares d’une frange constructible en bordure du mail Guynemer » dédiée à la « réalisation effective d’un programme d’habitat finalisant l’écoquartier ».

Nous, Quartier Libre des Lentillères, réagissons vivement à cette annonce, en rappelant aux élu-es que plusieurs activités inséparables du Quartier se vivent et se déploient sur cet espace-même qu’ils menacent aujourd’hui : un fournil permet de façonner et cuire pains, pizzas et autres délices lors des marchés, fêtes et repas collectifs ; une cantine populaire récemment construite participe d’un projet d’autonomie et de solidarité alimentaire ; un terrain de pétanque a vu le jour et anime les soirées et après-midi ensoleillées ; le désormais mythique terrain de BMX continue d’accueillir les adeptes, parmi ses innombrables fleurs sauvages ; une faune et une flore de plus en plus diversifiée trouve refuge dans des zones de végétation spontanée ; de nombreux jardins potagers y sont également cultivés par des personnes et familles Dijonnaises. D’ailleurs, 50 nouvelles personnes ont eu accès à un jardin ce printemps et celles-ci comptent bien ne pas se faire couper l’herbe sous le pied et refusent avec l’ensemble du Quartier de laisser les firmes immobilières bétonner le sol dont elles prennent soin.

Pour nous, usagèr-es du Quartier, pour les voisin-es et promeneur-euses, cette « frange » qu’ils veulent détruire est un lieu de rencontres cosmopolites et de socialisation, de contact avec la nature, propice à la pédagogie, de fraîcheur en été, de jeux pour les enfants, de tranquilité, accessible à toutes et tous. C’est aussi une centaine d’arbres indigènes ou plantés (Saules marsault, Robiniers, Pêchers de vigne, Amandiers, Figuiers, Érables, Aulnes, Pommiers, Poiriers, Cerisiers, Pruniers, Brugnoniers, Abricotiers, Marronniers, Vignes) qui risquent d’être déracinés.

Depuis plusieurs mois, des discussions sur l’avenir légal du Quartier ont été engagées à la demande de la mairie. Lors de ces premiers échanges, les participant-es du Quartier ont rappelé de nombreuses fois deux points majeurs et non négociables : l’indivisibilité du Quartier Libre des Lentillères et « l’entremêlement de ses usages ». Malgré cela, la mairie fait aujourd’hui un pas de trop en actant une division du Quartier sans même l’avoir évoquée lors de ces discussions.

Nous appelons le maire de Dijon à tenir pleinement son engagement de 2019 d’abandonner totalement l’urbanisation des Lentillères et réaffirmons le fait que les différents usages que nous développons sur le Quartier (agriculture, habitat, activités sociales et culturelles…) sont liés, se renforcent les uns les autres et ne sauraient être divisés.

VOUS N’EMPÊCHEREZ PAS NOTRE « FRANGE » DE POUSSER !

Les jardinièr-es, habitant-es et usagèr-es du Quartier Libre des Lentillères
réuni-es en assemblée de Quartier

Quelques photos des terres menacées

JPEG - 57.4 ko
JPEG - 82 ko
JPEG - 74.2 ko
JPEG - 125.1 ko
JPEG - 102.5 ko
JPEG - 89.8 ko
JPEG - 80.1 ko
JPEG - 69.1 ko
JPEG - 98.4 ko
JPEG - 64.4 ko
JPEG - 85.3 ko
JPEG - 88.4 ko
JPEG - 75.7 ko
JPEG - 65 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

6000 opposant.es à l’A69 défient l’interdiction de manifester et font converger les révoltes face aux projets autoroutiers

L’A69, projet emblématique de la fuite en avant de l’état, est contestée de toutes parts. Depuis des mois, le gouvernement lui-même avoue que le chantier ne se poursuit que parce qu’il est commencé. Il n’est pourtant jamais trop tard pour avouer ses erreurs et renoncer à un projet absurde construit au bénéfice des intérêts privés des barons du BTP et de l’entreprise Pierre Fabre.

Articles de la même thématique : Défense des Lentillères