Le cinéma voyageur au marché des Lentillères

Ce jeudi, 4 juillet, le Cinéma Voyageur est de retour pour nous offrir un nouveau marché cinématographique.
Sous chapiteau de 17h. jusqu’à la tombée de la nuit et après sous les étoiles....

Ce jeudi, 4 juillet, le cinéma voyageur est de retour pour nous offrir un nouveau marché cinématographique !

Au programme, projections de courts-métrages sous chapiteau pendant le marché, entre 17h et 19h, avec buvette et débats. Après le marché on vous invite à manger ensemble avec une auberge espagnole : ramenez des choses à manger et à partager, on vous proposera des salades et il y aura toujours la buvette.
La nuit tombée, on poursuivra avec le cinéma sous les étoiles, sur écran gonflable.

L’entrée se fera par la rue du Dr Bertillon à partir de 17h, car le marché et le cinéma auront lieu sur la dalle de BMX !

Tout est à prix libre !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le Cinéma Voyageur est né de l’envie de partager des films qui n’entrent pas dans les moules standardisés de la diffusion. Posé sur l’espace public, le chapiteau aux parois poreuses construit un autre espace de diffusion désirant faire vivre la discussion, prolonger les histoires, créer des liens. Il propose au spectateur de se frayer un autre chemin dans les méandres d’un système où l’image et la création sont devenues des objets de consommation.

C’est un cinéma libre et ambulant posant ses bagages ici ou là, au gré de ses envies, pour proposer une programmation qui émerveille, gratte et chatouille. Les films projetés sont produits à la marge de l’industrie cinématographique et n’ont ni de diffusion télé en chaîne nationale ni de distributeur en salle. Leurs auteurs défendent leur libre diffusion : film sans copyright ou déposés sous licences Art libre, Copyleft ou Creative commons.
Un choix qui invite à l’échange d’expériences, de points de vue, de questionnements, dans une atmosphère intimiste. Libre et indépendant de toute subvention, le cinéma devient ambulant grâce aux dons des spectateurs.

JPEG - 144.5 ko
JPEG - 53.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Cinéma

Récit de la soirée-ciné au squat Becquerel

C’ est au squat de Becquerel (11 rue Becquerel) que vendredi dernier avait lieu une soirée cinéma et repas. Dans ce lieu de vie occupé depuis le mois d’octobre, une soixantaine d’exilés cohabitent et proposaient ce soir là un moment de rencontres, de voyages dans leur pays d’origine , et un délicieux repas.

Rencontre et projection avec Lyad Alasttal

Jeudi 21 novembre, à 19h aux Tanneries, le collectif d’organisation du festival du film palestinien de Dijon accueille Lyad Alasttal, cinéaste de Gaza, initiateur du projet Gaza stories qui a pour objectif de témoigner à partir de courts métrages de la vie à Gaza.

Articles de la même thématique : Défense des Lentillères

« Les sauvages des Lentillères » - Recueil de mauvaises herbes

Marquant les 10 ans d’occupation du Quartier libre des Lentillères, un recueil recense les plantes sauvages que l’on peut y trouver (comme dans bien d’autres endroits) et qui permettent de se soigner ou de se nourrir sans avoir besoin de les cultiver, ainsi que les différentes manières de les utiliser ou de les transformer.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.