Près de 250 personnes en assemblée générale à l’Université de Bourgogne

Ce jeudi, une assemblée générale a rassemblé près de 250 personnes à l’appel des syndicats du personnel et des étudiant·es mobilisé·es contre la loi Vidal

Près de 250 personnes se sont réunies sur l’esplanade Érasme ce jeudi midi. Étudiant·es et personnel de l’université de Bourgogne, ils répondaient à l’appel unitaire des syndicats du personnel à se réunir en Assemblée Générale contre la loi ORE, dite « loi Vidal ». Cette loi, qui mobilise depuis plusieurs mois dans la plupart des universités françaises est principalement décriée en tant que mise en place mal déguisée d’une forme de sélection à l’entrée en licence.

Mobilisations étudiantes en France : pourquoi ?

Faisant partie des milliers d’étudiant·es qui se sont mobilisé·es ces dernières semaines partout en France contre les réformes du gouvernement actuel sur l’éducation, j’aimerais partager avec vous tout ce que j’ai appris sur ces lois pendant la semaine...

12 novembre 2018

Après plusieurs allocutions et tours de paroles, les personnes présentes ont voté une série de revendications parmi lesquelles l’abrogation de la loi ORE, l’augmentation des moyens accordés à l’université, et la fin de la répression sur le campus.

JPEG - 430.1 ko
JPEG - 406.4 ko
Le communiqué complet des revendications de l’AG
PDF - 181.5 ko

Prochaine assemblée générale lundi 30, à 12h, esplanade Érasme.


P.-S.


Articles de la même thématique : Syndicalisme

Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

Le caché de la Poste

La grève des postier.e.s dijonnais.e.s (faisant face à une restructuration néfaste décidée sans concertation) nous donne l’occasion de considérer plus largement la « mise à sac » programmée d’une profession.

Articles de la même thématique : Université

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Département de sociologie : retour sur deux mois de grève

Du 23 novembre 2020 au 1 février 2021, les doctorant.es précaires du département de sociologie de l’université de Dijon ont fait grève. Jérémy Sauvineau, doctorant contractuel, et Charles Rigaux, vacataire, nous racontent ces deux mois de grève.