Putes, fières et féministes

Communiqué des travailleur.euse.s du sexe, en réponse aux positions putophobes officielles de la ville de Besançon, et de ses certaines associations locales.

(Dans ce texte, d’un point de vue grammatical, nous avons décidé que le féminin l’emporte sur le masculin ; car le pronom de la majorité des travailleur.euse.s du sexe est féminin.)

Putes, escortes, prostituées, filles de joie, performeuses pornographiques, dominas, travailleuses du sexe, camgirls, michetonneuses, et autres putains dans toutes leur splendeur :
Appelons-NOUS comme NOUS le voulons, mais nous refusons que VOUS parliez à NOTRE place.

Quelle ne fut pas notre surprise, et notre choc, de découvrir, sur les panneaux bisontins, ces affiches de communication officielle, parsemée de logos de mouvements féministes, concernant la journée internationale de luttes contre les violences faites aux femmes.
Sur cette affiche au code couleur ridicule, à la limite du festif : le mot PROSTITUTION. Graphiquement et idéologiquement, vous mettez sur le même plan l’EXCISION, les FEMINICIDES, les COUPS et... notre activité.
Vous auriez pu dénoncer l’ESCLAVAGE SEXUEL, le TRAFIC HUMAIN (nous luttons contre, tout autant que vous : devons-nous, une fois encore, rappeler que nous sommes contre le tapinage forcé et les réseaux de macs ???).
Employer le terme PROSTITUTION pour couvrir des réalités et des situations aussi variées que sont les nôtres, c’est aussi stupide que de nommer « agriculteurs » les esclaves dans les champs de coton.

Vous brandissez des chiffres (ceux du mouvements abolitionniste Le Nid, et ceux de la police !).
Nous, putes en luttes, putes par décision, putes par vocation, ou putes par défaut (puisque, ô surprise ! les putes restent des humaines qui ont besoin de se nourrir), nous ne sommes jamais sollicitées pour vos sondages.
Tout comme nous ne sommes pas sollicitées pour figurer dans la communication officielle dans le cadre, entre autres, de la journée du 25 novembre.
Besançon est une petite ville, les mouvements féministes s’y comptent sur les doigts d’une main. Vous savez que nous existons, nous nous connaissons. Il aurait été si simple de nous écrire un mail à l’adresse pda.asso@laposte.net pour nous inclure, ou au moins nous consulter, sur l’orientation des actions officielles de cette journée du 25 novembre. En France, il est rarissime qu’une association de travailleur.euse.s du sexe et allié.e.s existe dans une ville de cette taille. En fait, c’est une force, un avantage, une chance : parce qu’il n’y a même pas besoin de se casser la tête pour rencontrer les putes, et entendre leurs discours !
Et pourtant, vous décidez de nous ignorer.

Pour reprendre certains mots de votre affiche : INSULTES, DENIGREMENT, CRITIQUES, DEVALORISATION, HAINE. C’est bien ce que vous faites à notre égard.
Votre affiche ne fait qu’amplifier le stigmate, l’invisibilisation et l’exclusion que nous, putes, subissons au quotidien. Stigmatiser, invisibiliser et exclure les putains, cela porte un nom : celui de la PUTOPHOBIE. D’autant plus dur à encaisser, quand ladite putophobie vient des autres femmes, des autres militant.e.s féministes.

Les complices du patriarcat se permettent déjà bien assez de nous couper la parole et de nous expliquer comment lutter, comment agir, comment vivre. On n’a ni envie, ni besoin, que vous, militant.e.s féministes, en rajoutiez une couche.

Alors cessez de nous voler la parole. Cessez de nous infantiliser, de nous culpabiliser, de refuser de nous regarder.
Ecoutez les putes ; les putes écrivent, chantent, scandent, collent des affiches sur les murs de votre ville.
Les putes répondent aux mails, et même aux interviews des journalistes, lorsque ceux-ci daignent s’intéresser à leur existence. Ecoutez-nous parler de notre vision des luttes féministes, qui ne se feront pas sans nous ; écoutez nous parler de notre travail, dans ses formes les plus variées !
Ecoutez les putains, vous n’en serez que plus enrichi.e.
Essayez de déconstruire vos clichés et idées reçues qui ont la peau dure :
« Les prostituées étrangères de Besançon ont toutes un proxénètes » ; leur avez vous posé la question ?
« Une passe, c’est un viol tarifé » : mais qui êtes-vous donc pour caractériser nos activités ?
« Les clients sont forcément des sales types oppressifs » : nos clients, on les connaît bien, figurez-vous. Et, nouveau scoop : il n’y a pas plus de abrutis chez les clients, que chez les non-clients !

Nous, on en a assez de vous écouter parler de nous sans que vous soyiez concerné.e.s.
C’est aux putes de parler de ce qu’est être pute, pas à vous. Votre affiche, c’est comme une gifle.
Cessez d’employer le même mot, PROSTITUTION pour parler à la fois de nous et des personnes victimes de traite humaine.
Ça veut dire quoi, être « pour », ou être « contre » le travail du sexe ?
On existe, putain. Les violences que nous subissons sont bel et bien réelles : elles sont en grande partie la conséquence de votre putophobie. De VOTRE morale que VOUS projetez sur NOUS LES PUTES. De votre soutien notoire aux lois gouvernementales abolitionnistes.
 [1]

On existe, putain : nous culpabiliser, nous oublier, nous mépriser, n’y changera rien.

Cessez de dire que ce n’est « pas un travail », ou que ce n’est « pas un travail comme les autres » : nous, putes, avons des compétences et des connaissances, - en santé sexuelle, en anatomie, en relationnel, en sociologie, en psychologie - qui sont propres à nos activités.

Cessez de nous dire que nous n’avons pas « choisi » d’être pute. Comme si un ouvrier ou une femme de ménage avait « choisi » son gagne-pain ! Où est la notion de « choix » dans une société capitaliste, post-coloniale et hétéropatriarcale ?

Cessez de nous dire qu’on souffre systématiquement d’être pute : il y a des putes qui aiment leur travail, ou du moins qui s’en accommodent, qui en tirent plus de positif que de négatif. Est ce que c’est la majorité d’entre nous ? Peu importe : on installe bien des rampes d’accès alors qu’il n’y a pas une majorité de personnes qui se déplacent en fauteuil roulant ; l’argument de « mais c’est une minorité » n’en est donc pas un.

Cessez de vouloir nous « sauver ». Comme si on était des gamines incapables de nous exprimer en notre nom propre.
Si vous voulez nous « sauver », comme vous dites, nous vous invitons à participer à la cagnotte « Soutien aux putains de Besançon » : https://www.lepotcommun.fr/pot/7iemcfnq
En cette période de pandémie, les travailleuses du sexe sont particulièrement précarisées : beaucoup d’entre nous ne peuvent plus se déplacer chez les clients (qui sont forcément moins nombreux ces temps-ci), de nombreuses collègues ne peuvent plus exercer dans la rue. Sans oublier les risques sanitaires auxquels nous sommes exposées, car une passe en respectant les gestes barrière, c’est faisable mais ça reste un défi !

Nous ne sommes pas des lobbystes pro-prostitution. Nous ne sommes pas des proxénètes. Nous n’encourageons pas particulièrement les gens à devenir putes. Nous ne nions pas que certaines putes sont malheureuses au travail. Nous ne nions pas l’existence de violences (les putes sont exposées aux violences sexuelles, oui... mais en fait, comme la plupart des femmes le sont !). Ce qui est certain, c’est que vos positions anti-putes ne nous protègent absolument pas, bien au contraire.
Ne nous libérez pas, on s’en charge.
Nous luttons contre la putophobie, sous toutes ses formes : nous luttons contre celles et ceux qui nous volent la parole, nous luttons contre ce type de communication dénigrante, culpabilisante et caricaturale, qu’est votre affiche.

Pourquoi ne pas venir nous rencontrer, nous poser vos questions ? Nous ne mordons pas (enfin, sauf dans les cas où le client a payé pour une prestation spécifique !).
Depuis quelques mois, nous tenons une permanence chaque mardi, de 14h à 17h, au 12 rue des Frères Mercier, à Besançon (ré-ouverture de la permanence à la fin du confinement).
Nous distribuons du matériel aux collègues afin qu’elles puissent travailler en toute sécurité (préservatifs, gel lubrifiant, gel hydro-alcoolique, bombe d’autodéfense,...). Nous mettons à leur disposition une zone de gratuité, une véritable grotte à culottes et à frous-frous ! Nous avons aussi une bibliothèque féministe et queer libre d’accès, Au Bonheur des Garces, remplie de livres écrits par des putains (eh oui, les putains savent lire et écrire !) : Grisélidis Réal, Bertoulle Beaurebec, Emma Becker, Thierry Schaffauser, Maîtresse Nikita, Ovidie, Raquel Pacheco, etc... Sur notre compte Facebook Asso PDA, nous informons, nous renseignons, nous valorisons des œuvres des cultures putes, nous publions la parole des personnes concernées, la seule qui nous paraisse réellement légitime et prioritaire.

Qu’on soit heureuse d’être pute, qu’on soit fatiguée d’être pute, qu’on soit pute occasionnelle ou pute à plein temps, qu’on soit pute déclarée à l’URSAFF ou pute au black, qu’on soit pute discrète ou pute publique, qu’on soit pute syndiquée, qu’on soit pute isolée, qu’on soit pute par seul nécessité financière, ou qu’il y ai aussi les notions de plaisir, de réappropriation de nos corps et d’empowerment :

Nous sommes putes, nous sommes fières, nous sommes féministes.

Association Partage, Droit et Autonomie : https://assopda.wordpress.com/
Collectif Putains dans l’âme : https://putainsdanslame.wordpress.com/

JPEG - 357.2 ko
PNG - 82.8 ko


Notes

[1voir le compte rendu du CNRS sur la loi de 2016, dite de la pénalisation des clients : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/04/12/un-bilan-severe-des-effets-de-la-loi-de-2016-sur-la-prostitution_5284325_3224.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Travail du sexe

[Strasbourg] Podcast « À nos mort.e.s »

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.

[Strasbourg] Appel à textes pour célébrer nos mort-es

Nos mort-es sont politiques ! Chaque année, nous comptons nos mort-es suicidé-es, assassiné-es, silencié-es par féminicides, crimes racistes, transphobes, queerphobes et putophobes. Écrivons pour les célébre, iels n’auront pas nos mort-es, iels n’auront pas nos vies !

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.