Les syndicats ont manifesté contre les réorganisations à La Poste

Ce lundi matin, les membres de l’intersyndicale de La Poste se sont rassemblés rue Joliet devant le site de l’Arquebuse. Ce site, un des 7 de l’agglomération dédiés à la distribution du courrier, devrait fermer prochainement, sa mise au norme étant trop onéreuse. Cette fermeture fait partie d’un plan de réorganisation plus large.

Les syndicats dénoncent ainsi la volonté de la direction de supprimer 37 postes sur les 260 de l’agglomération. « 32 suppressions de positions de travail à Dijon Nord et Arquebuse la première année et 8,5 la deuxième année ainsi que 5 positions de travail à Marsannay-la-Cote. » [1]

La direction met en avant l’argument de la diminution du courrier. Pourtant d’après un rapport de la Cour des comptes cité par infos-dijon le nombre de courriers ordinaires s’est certes effondré de 23,4% sur la période 2014-2018 mais, le nombre de boîtes aux lettres desservies a augmenté et les colis ont progressé de plus de 19%. Dans le même temps le nombre de contrats précaires est passé de 8% à 13% de l’effectif total sur la même période.

Les syndicats ont boycotté la réunion du comité technique devant statuer sur les suppressions de positions de travail effectives, prévue de lundi. Les organisations syndicales reprochent à la direction de ne pas leur avoir indiquer les personnels concernés par les suppressions de postes en amont de cette réunion.

Grève unitaire à La Poste de Dijon

Les organisations syndicales CFTC, SUD et CGT déposent un préavis de grève couvrant tous les agents de la distribution (facteurs et agents courrier) de tous les sites de l’agglomération dijonnaise pour le 4 janvier 2021.

Dans une situation sanitaire compliquée, la direction passe en force une réorganisation supprimant 37 positions de travail sur 260, son argument étant la baisse du trafic courrier.

C’est une décision inacceptable, le trafic colis explose toutes les prévisions, les facteurs doivent aussi distribuer les recommandés et la presse, dont le trafic ne baisse pas. La Poste devrait embaucher au lieu de supprimer des emplois. Des emplois supplémentaires permettraient d’assurer un service public postal de qualité.

Le dialogue social entre la direction et les organisations syndicales est déloyal, il n’y a pas de véritables négociations.

Par conséquent, les organisations syndicales CFTC, CGT et SUD appellent les agents à se mettre en grève et à se rassembler devant le centre courrier d’Arquebuse (rue Joliet) le lundi 4 janvier de 6h30 à 10h.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Services publics

Les Sages-femmes activent le code rouge

À Beaune, les Sages-femmes, déjà en proie à une forte précarité, se mobilisent contre la menace de suppression de postes et pour l’obtention de conditions de travail dignes de leur métier.

Relance du ferroviaire : malgré les annonces, la casse se poursuit...

À la gare de triage de Gevrey-Chambertin la SNCF Réseau prévoit de modifier le type de rail sur une partie des lignes. La CGT Cheminots de Dijon dénonce un démantèlement des capacités de fret, qui va contre les engagements à maintenir les installations, et contre les aspirations légitimes à plus de développement durable.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Au moins 1725 licenciements recensés en Bourgogne Franche-Comté en 2020

La crise a décomplexé les grands patrons : perception d’aides gouvernementales d’un côté, suppression d’emplois de l’autre...La CGT et Solidaires appellent à une manifestation nationale pour exiger l’interdiction des licenciements, samedi 23 janvier devant l’Assemblée Nationale.