Université de Bourgogne : bientôt de nouveaux gadgets dans les amphis ?

« En cette période d’austérité budgétaire, il est affligeant de constater que l’université de Bourgogne préfère investir dans ce type de gadget et communiquer massivement à leur propos plutôt que de financer des heures de cours. »
Lettre ouverte au Vice-Président numérique de l’Université de Bourgogne

Lettre ouverte au Vice-Président numérique de l’Université de Bourgogne

Cher collègue VP délégué au numérique,

Par un message transmis le 2 septembre dernier à l’ensemble de notre communauté universitaire, vous nous avez informé de l’acquisition par l’université de Bourgogne d’une licence globale pour le logiciel Wooclap, « outil » qui selon vos mots doit permettre de « capter l’attention des étudiants ».

Nous nous étonnons de votre message, qui s’apparente à un envoi publicitaire tout à fait contestable plutôt qu’à un texte informant réellement notre communauté des possibilités et limites de ce type de logiciel. La brève vidéo sur Youtube qui accompagne votre envoi présente en effet l’enseignement à l’université de façon caricaturale, avec un enseignant soporifique et des étudiants qui baillent d’ennui. Est-ce le rôle d’un service universitaire de véhiculer ainsi – pour ouvrir un marché à des entreprises privées – une image stéréotypée et désobligeante de nos enseignements déjà si décriés, et de façon si injuste, dans les médias ? Par ailleurs votre message reprend purement et simplement, sans aucune distance critique, les arguments diffusés par les fabricants de ce type d’outil censé « capter l’attention », « consolider l’apprentissage », « susciter la participation et engager (sic) les étudiants », ou encore « mesurer la compréhension des étudiants continuellement et donner du feedback » (re-sic). Le smartphone devrait devenir un « outil d’apprentissage exceptionnel », la pédagogie se doit d’être « amusante » et à base de QCM !

Sur quoi reposent ces affirmations ? Alors que nous sommes tous de plus en plus débordés et accaparés par des tâches multiples entre l’enseignement, la recherche et l’administration, est-il vraiment essentiel d’ajouter encore un temps précieux à prendre en main ces logiciels numériques dont l’efficacité n’a à ce jour jamais été démontrée ?

Alors que les MOOC sont un échec et que la plupart des universités y renoncent, que les enquêtes scientifiques révèlent chaque jour un peu plus les ravages de l’exposition massive aux écrans, la mission de l’Université est-elle de s’en remettre toujours plus à ces outils pour compenser les problèmes d’attention eux-mêmes largement produits par la généralisation des écrans et smartphones ces dernières années ? A tous les niveaux de l’enseignement nous assistons à un raz-de-marée de promesses et d’investissements dans le numérique, alors même que les avantages et apports pédagogiques de ce type d’équipement n’ont jamais été réellement démontrés, sans même parler du coût énergétique et environnemental de ces objets et infrastructures. Si vous en doutez, nous nous permettons simplement de vous renvoyer à la lecture du livre du chercheur en neurosciences Michel Desmurget, qui repose sur la synthèse de plus de 1500 études scientifiques : « La fabrique du crétin digital » [1].

En cette période d’austérité budgétaire, il est affligeant de constater que l’université de Bourgogne préfère investir dans ce type de gadget et communiquer massivement à leur propos plutôt que de financer des heures de cours. Permettez-nous donc de nous étonner de votre message, et de vous demander de nous communiquer le coût de l’acquisition de cet outil, ainsi que les études indépendantes démontrant son véritable intérêt pédagogique.

Nous vous prions d’agréer, cher collègue, nos respectueuses salutations.

Le SNESUP-FSU



Notes

[1La fabrique du crétin digital
Michel Desmurget
Seuil (2019) EAN:9782021423310

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Primitivisme, technophobie, technocritique

Enseignants numériques et élèves virtuels ?

Jean-Michel Blanquer vient récemment d’annoncer pour septembre un développement de l’enseignement à distance. S’il profite des circonstance dramatiques pour imposer sa « vision » de l’éducation, les limites de ces méthodes d’enseignement à distance sont aujourd’hui criantes, après 2 mois d’expérimentation à grande échelle.

Virus et civilisation : trois articles sur le sujet

La civilisation : cause des pandémies passées, et d’aujourd’hui !
L’urgence est d’en sortir.

Les rendez-vous de l’université populaire et buissonière de Risomes à Mâlain

Les conférences-débats de l’Université Populaire et Buissonnière de Risomes sont avant tout des moments de découverte et de partage, autour d’un livre, d’une idée, d’un projet. Ouvert à toutes et tous, les thèmes abordés sont souvent liés à l’écologie politique, l’agriculture alternative, les luttes et expérimentations sociales. Voici la programmation pour le projet semestre.

Articles de la même thématique : Université

Rentrée universitaire 2020 et LPPR : assemblée générale le 24 juin

Après deux mois de confinement et de suspension des luttes, les syndicats du personnel de l’université de Bourgogne appellent à une assemblée générale mercredi 24 juin, pour s’organiser contre la généralisation de l’enseignement à distance et contre la LPPR.

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

La Gazette des confiné·es #13 - La nicotine, les sous de la science et notre présent

Dans cette Gazette, on découvre tout ce qu’on risque de conserver de l’état d’urgence sanitaire, on voyage à travers la France en lutte, on observe les dessous peu attrayants du financement de la recherche scientifique, on se rend compte qu’on lance des expériences de psycho sociale à l’école et on évite de se précipiter sur la nicotine, quelle que soit sa forme.