Exil au Tribu

Vendredi 5 octobre, le Tribu avait invité des migrants sans logement et des membres du collectif Soutien Asile 21 à tenir un stand et à prendre la parole. Quelques photos.

JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 3.1 Mo


Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes, habitant.es et soutiens, sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur, d’asile rue Becquerel. le lieu devient est expulsable à partir du 10 juillet suite à une procédure passée en référé au tribunal au mois de juin. Il s’agit en fait d’uen demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !

Menace d’expulsion des demandeurs d’asile de la rue Becquerel

Remise de courrier et rassemblement le mercredi 8 juillet à 10h devant les locaux de la société Est Métropole, propriétaire du bâtiment, 8 rue Marcel Dassault.

Articles de la même thématique : Stalingrad

Les migrants expulsés de Stalingrad portent plainte contre le procureur et le préfet

Vendredi 5 octobre, une plainte collective a été déposée contre Éric Mathais - procureur de la république - et Bernard Schmeltz - Préfet de région - pour violation de domicile, suite à l’expulsion illégale du squat de Stalingrad.

Lettre ouverte à monsieur le procureur de Dijon et monsieur le préfet de Côte d’Or

Nous avons été fortement interpellés par la conférence de presse que vous donnerez suite à l’expulsion de Stalingrad, au cours de laquelle vous semblez assumer pleinement l’absence de cadre légal.

[Migrants] Appel à la société civile dijonnaise

« Si l’État, en plus de faillir à ses obligations, devient de plus en plus oppressif, c’est à la société toute entière de réagir. C’est pourquoi nous appelons tout un chacun à faire pression sur les autorités municipales, religieuses, universitaires, et culturelles, afin de provoquer une prise de position contre les agissements intolérables de la préfecture. »