Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Une centaine de personnes rassemblées contre la loi Darmanin



Une centaine de personnes se sont rassemblées contre la loi immigration de l’infâme Darmanin, ce jeudi, devant la Préfecture de Côte d’Or, à l’appel du collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants.

Une des prises de parole :

Pichipoï est un mot yiddish. On peut le traduire par « nulle part » ou de façon moins policée par « trou du cul du monde » où même un rabbin ne voudrait pas mettre les pieds.

Ce mot était celui qu’utilisaient les juifs pour désigner ce lieu inconnu, innommable vers lequel les nazis les envoyaient sans espoir de retour.

Tout rapprochement historique avec la situation des migrants aujourd’hui serait hasardeux, scandaleux même.

Que l’on me permette juste d’emprunter ce mot au yiddish, Pichipoï. Un ailleurs sans nom, un gouffre mortifère.

Pour beaucoup de migrants, en France en 2023, la traduction administrative de Pichipoï est OQTF. Des personnes renvoyées dans des lieux qu’elles ont fuis, qu’elles ne connaissent plus ou de loin, des enfants séparés de leurs familles, des jeunes sans papiers, invisibles, contraints de vivre sous les radars des préfectures qui les traquent. On en finirait pas d’énumérer des situations à peine imaginables tant elles heurtent la conscience et semblent surgir d’un passé pas si lointain. La scélératesse le dispute au cynisme quand une loi s’apprête à faire le tri entre les étrangers, les utiles et les inutiles, les exploitables et les jetables.

Ce soir, une fois de plus réuni-e-s devant la préfecture de Dijon, nous sommes en colère et n’avons pas vocation à faire profil bas ou à tendre la main comme des mendiants pour obtenir des miettes. Arrivera bientôt à l’assemblée nationale le texte de Darmanin, énième mouture de la loi « Asile et Immigration » de Gérard Collomb, annoncée avec gourmandise comme encore plus répressive, encore plus implacable. Quand s’arrêteront-ils ? Je dis « ils » tant ils dégoûtent.

Avons-nous envie de vivre dans ce pays-là replié sur lui-même, autosatisfait, décomplexé ?

La France, reine du marketing, se vante d’accueillir les ukrainiens chassés de leur pays par l’invasion russe et la guerre, 119 000 contre un million 500 000 en Pologne et plus d’un million en Allemagne. Interdit de rire.

Bientôt 6 ans que Macron et ses ministres de l’intérieur successifs préparent et anticipent l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir. Six ans de trop à les regarder faire à coup de matraques, de lacrymo, la rage au ventre.

Nous avons collectivement le devoir de continuer à nous opposer par tous les moyens à notre disposition, à la politique de l’Etat quand celle-ci est contraire aux droits des femmes et des hommes de tous pays.

Maintenant et pas demain, plus déterminés et combatifs que jamais.

JPEG - 775.4 ko
JPEG - 688.9 ko
JPEG - 718.4 ko
JPEG - 709 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des personnes réfugiées

[Podcast] CRA, 115 propos d’hommes séquestrés

Un projet de CRA (Centre de Rétention Administrative) menace de s’implanter à Dijon, un collectif s’organise pour empêcher cela. Dans ce cadre, une soirée a eu lieu le jeudi 23 mai à la Librairie la Fleur qui pousse à l’intérieur pour échanger autour du livre CRA, 115 propos d’hommes séquestrés de Mathieu Gabard.